Séries
[Critique] Les Shtisel, une famille orthodoxe au cœur d’une excellente série israélienne

[Critique] Les Shtisel, une famille orthodoxe au cœur d’une excellente série israélienne

20 avril 2015 | PAR Yaël Hirsch

Présentée en avant-première au Festival du film israélien de Paris et disponible en dvd chez Pretty Picture, la première saison de « Les Shtisel » suit avec brio et tendresse une famille orthodoxe de Jerusalem. Une série israélienne à succès à découvrir sans attendre avec ses sous-titres français.

[rating=4]

Alors qu’on commémore l’année de la disparition de sa maman Dvorah, Akiva Shtisel commence à travailler comme enseignant dans l’école de son rabbin de père, Shulem. Alors que tous les autres enfants sont partis, que l’une des filles se retrouve seule avec 5 enfants et que la grand-mère découvre les joies de la télévision dans une maison de retraite, les deux hommes se nourrissent de sandwichs dans le petit appartement qu’ils partagent avec un balcon donnant sur le quartier de geula. Pourtant, Akiva est en âge de se marier : il recherche activement une épouse tout en craignant de laisser son père seule. Pas du tout prévu dans les plans de cette respectueuse famille orthodoxe, l’amour arrive sous les traits familiers de la maman d’un des jeunes élèves d’Akiva, Elisheva. Religieuse, de bonne famille, travaillant dans une banque l’originale et tourmentée Elisheva a néanmoins trente ans et deux veuvages derrière elle…

Dépeignant avec tendresse le microcosme d’une communauté orthodoxe, Les Shtisel propose des portraits aussi singuliers de personnalités fortes et attachantes. Les qualités des dialogues, le jeu magnifique des acteurs, ainsi que l’universalité du thème des bizarreries de la famille et de l’amour nous fait presque oublier le petit périmètre où cette série nous invite à nous glisser. Un bonheur et une curiosité.

Les Shtisel, de Ori Elon et Yehonatan Indursky, avec Michael Anoni, Ayelet Zurer, Dobale Glickman, Shira Haas et Netas Riskin, 2015, Israel, 12×45 min, Hébreu vost Français, Pretty Pictures. Cffret dvd/ vod 32.29/24.99 euros.

Visuels : photos officielles de la série.

« Bons baisers de Téhéran », la saga de la Famille Soleyman entre Iran et Etats-Unis
Au top avant l’été
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture