Cinema

[Semaine de la critique] « Degradé » : un très beau huis clos féminin

[Semaine de la critique] « Degradé » : un très beau huis clos féminin

17 mai 2015 | PAR Eponine Pastel

Le quatrième film en compétition de la semaine de la critique a été présenté par ses deux réalisateurs, les frères Arab et Tarzan Nasser. Très émus de montrer leur film Dégradé, ils ont longuement parlé de leur volonté dans leur film de décrire avant tout la vie des palestiniens par le portrait de ses femmes coincées dans un salon de coiffure en raison de guerre entre différentes factions. Les actrices étaient toutes présentes dont la délicate Hiam Abbass.

Un salon de coiffure, des femmes de diverses générations et cultures attendent de se faire pouponner. La situation du pays est tendu et au bord de la guerre de civile. Les tensions peu à peu s’accentuent et se confirment. Le climat se tend, l’ennui est omniprésent et les langues se délient dans ce petit monde qui semble être le dernier refuge d’un monde ravagé. Le film n’est pas un manifeste politique, il parle tout en finesse et en premier lieu de la condition des femmes en Palestine, de leurs angoisses parfois centrées sur la situation politique de la Palestine. Mais aussi et comme toutes les femmes, de leurs corps, leur pouvoir de séduction, leur vieillissement. Seule la beauté semble être encore le moyen pour elles de rêver et de s’échapper de leur triste quotidien qui, comme elles le disent et le savent depuis leur naissance, semble sans issue. Ce film n’est pas sans rappeler Caramel de la libanaise Nadine Labaki, il verse néanmoins plus dans l’absurde, et permet de donner à ses femmes une vraie liberté de ton. Un très bon film qui risque bien d’être au palmarès vu la standing ovation qu’a suivi la fin de la projection et qui termine magnifiquement cette journée dédiée aux frères cinéastes. Journée qui a mis à l’honneur les frères Lumières et leurs films à 15h au Grand Théâtre Lumière en présence des frères Dardenne, Coen et Taviani.

Retrouvez tous les films de la Competition dans notre dossier Cannes

Visuel © DR

[Compétition] « Mon roi » : Maïwenn toujours intense mais moins originale
[Quinzaine des Réalisateurs] « Le Tout nouveau Testament » : Jaco Van Dormael se paie divinement Dieu
Eponine Pastel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *