Cinema
Séance de rattrapage : 2 days in New York, coup de cœur pour le nouveau Julie Delpy

Séance de rattrapage : 2 days in New York, coup de cœur pour le nouveau Julie Delpy

07 avril 2012 | PAR Olivia Leboyer

Julie Delpy est décidément très forte pour les diptyques : après les merveilleux Before sunrise (1995) et Before sunset (2004, scénariste avec Ethan Hawke), voici 2 days in New York, aussi drôle et attachant que 2 days in Paris (2007) !

Entre Before sunrise et Before sunset, un écart de dix ans et le même homme, Ethan Hawke, retrouvé par un hasard miraculeux. L’évidence de l’amour, il en est question aussi dans 2 days in New York, mais l’homme n’est plus le même que dans 2 days in Paris : le comique américain Chris Rock a succédé à Adam Goldberg, avec qui Marion (Julie Delpy) semblait pourtant bien partie. Mais voilà, un enfant et d’innombrables disputes plus tard, Marion a quitté Jack pour Mingus (Chris Rock donc, excellent), lui-même père d’une petite fille. Et cette fois, le couple ne s’envole pas pour Paris, mais reçoit la famille de fous de Marion, qui débarque dans un grand vent de liberté et de saucisses.

Le choc des cultures est aussi hilarant que dans 2 days in Paris, avec un petit supplément d’âme : entre les deux films, la mère de Julie Delpy est morte et la réalisatrice fait sentir son absence, et du coup sa présence, de manière très forte. Si le père est toujours aussi merveilleusement libre, grossier, grivois, cinglé, on sent nettement, par instants, son léger désarroi (que Julie Delpy avait déjà figuré dans Le Skylab, où le grand-oncle Hubert perdait doucement la tête). La mort, les maladies incurables, la perte de l’âme, rien de tout cela ne pourra pourtant empêcher la vie de l’emporter dans ce très joli film d’amour, terriblement optimiste et rafraîchissant ! A ne surtout pas manquer.

2 days in New York, de Julie Delpy, France, All., Belg., 1h35, avec Julie Delpy, Chris Rock, Albert Delpy, Alexia Landeau, Alex Nahon. Sortie le 28 mars 2012.

Corps, intellect, perception mis à l’épreuve au Centquatre
Le nouvel album de Soul Clap sort le 20 avril
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture