Cinema

Royal Affair, amour, politique et liberté dans le Danemark du XVIIIe siècle

Royal Affair, amour, politique et liberté dans le Danemark du XVIIIe siècle

03 octobre 2012 | PAR Olivia Leboyer

Grand film historique, épique et romantique à souhait, Royal Affair a raflé deux prix au dernier Festival de Berlin (voir notre critique depuis Berlin) : le prix du scénario et le prix d’interprétation masculine pour Mikkel Boe Folsgaard. Ce film échevelé sort le 21 novembre 2012.

Pour lire une critique plus sévère du film lors de son passage à Berlin, c’est ici.

Avec Royal Affair, Nikolaj Arcel nous offre une page perdue de l’histoire du Danemark : vers 1770, un vent de réformes a soufflé sur le Danemark, bien avant la Révolution Française. Un Danois en particulier, Johann Sruensee, médecin du Roi, grand lecteur de Diderot, Voltaire et Rousseau, a entrepris une politique humaniste et éclairée. Ami du Roi Christian VII, instable et déséquilibré (Mikkel Boe Flosgaard a reçu le Prix d’interprétation pour une partition bien réglée de grimaces, gesticulations et regards fous), Johann Struensee a également été l’amant de la Reine (Alicia Vikander, vibrante et très juste). Le film doit beaucoup à Mads Mikkelsen (qui a depuis été primé à Cannes pour La Chasse, de Winterberg), regard intense et profil étrange, qui incarne parfaitement cet homme exceptionnel placé dans une position aussi miraculeuse qu’inconfortable. Car l’influence de Struensee sur l’esprit fragile du Roi dépend de tout un ensemble de fragiles circonstances et ce destin de libérateur de la nation pourrait bien basculer d’un seul coup. Nikolaj Arcel n’est pas avare d’effets, de musique, de ralentis (la scène du bal), pour nous dépeindre la grandeur et la décadence d’un homme courageux, aux idées avancées, pris dans la tourmente de son temps. Passion, manœuvres politiques, déceptions, les revirements nous sont présentés dans leur enchaînement débridé, comme dans une course folle. Certes, nous ne sommes pas dans Barry Lyndon et il manque quelque chose à ce film pour nous toucher véritablement.
Un peu long (2h16) mais très habilement ficelé, Royal Affair devrait néanmoins piquer votre curiosité et vous séduire.

« Royal Affair », de Nikolaj Arcel, 2h16, Danemark, avec Mads Mikkelsen, Alicia Vikander et Mikkel Boe Folsgaard. Sortie le 21 novembre 2012.

Peut-on encore sauver le Théâtre Paris-Villette ?
L’autre visage des mormons
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “Royal Affair, amour, politique et liberté dans le Danemark du XVIIIe siècle”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *