Cinema

Restauration d’un documentaire d’Alfred Hitchcock sur les camps nazis

Restauration d’un documentaire d’Alfred Hitchcock sur les camps nazis

13 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Déposé en 1945 à l’Imperial War Museum de Londres, très peu montré par la suite, ce film fait aujourd’hui l’objet d’un travail de restauration minutieux.

HitchcockEn 1945, Alfred Hitchcock, alors réalisateur à Hollywood, est engagé en Grande-Bretagne pour superviser le montage d’un film consacré à la libération des camps nazis, composé d’images filmées sur les lieux par les opérateurs de prise de vue de l’armée. Celle-ci produit et désire que le film soit montré en Allemagne. La politique de réconciliation change ses projets : le film n’est pas rendu public, et se trouve déposé à l’Imperial War Museum de Londres. Découvert et partiellement exhibé en 1984, il fait aujourd’hui l’objet d’une restauration par le musée. Il sera projeté en 2015, à l’occasion de la commémoration de la libération des camps.

D’abord titré « Memory of the camps », actuellement sans titre, commenté à l’époque par deux voix-off –avec un texte écrit par Richard Crossman, ministre travailliste britannique, et Colin Wills, journaliste australien- impossible de savoir à quoi il ressemblera lors des projections. Il présente, selon les chercheurs de l’Imperial War Museum dont les propos sont relayés par la presse, des images choquantes. La réalité a été filmée crûment par les opérateurs, notamment lors de la libération du camp de Bergen-Belsen, où sévissait un terrible typhus. Ce que les chercheurs rapportent également, c’est qu’Hitchcock, on s’en doute, fut choqué par ces images. La restauration s’attache donc à « ses choix », et ceux qui travaillent sur le projet parlent d’un film « affreux et brillant ». Même s’il ne s’occupa que du montage, on doit donc s’attendre à se trouver face à un film marqué à la fois par sa personnalité d’homme et de cinéaste. Quelque chose de fort, assurément.

Visuel: (c) profil d’Alfred Hitchcock

Festival « Sons d’hiver » au Val-de-Marne : le parti pris de l’éclectisme
[Critique] « Philomena » : Stephen Frears nous émeut sur une histoire de disparu et de pardon
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

One thought on “Restauration d’un documentaire d’Alfred Hitchcock sur les camps nazis”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *