Cinema

Religion, sexe et machisme : la couleur de Scorsese

10 juin 2009 | PAR Juliette

scorsese1969 – 2009 : quarante ans séparent la sortie de Who’s that knocking at my door ?, premier long métrage de Martin Scorsese, de sa rediffusion en salle le 10 juin prochain. Malgré le noir et blanc, malgré les sauts de la bande, malgré le crépitement du son, quelle modernité dans le choix du sujet ! Dans ce drame traversant les époques, le réalisateur de Taxi Driver s’attaque sans tabou aux paradoxes et à la cruauté de certains hommes face à l’objet de leur désir : les femmes.

Le personnage principal J.R., interprété par le jeune mais déjà incroyable Harvey Keitel, évolue dans Little Italy à coup de beuveries, de bagarres et de bordels. Fils à maman le jour, caïd la nuit, son éducation religieuse élève sa mère au côté de la Sainte Vierge et le ronge de culpabilité quant à son désir sexuel. Dès leur première rencontre, J.R. voit en Susan, alias Zina Bethune, une épouse avec laquelle il partage une complicité pudique nourrie notamment de leur amour pour le cinéma de John Wayne. Confiante et honnête, Susan raconte à son futur époux qu’elle a été abusée par son ancien petit ami. J.R. réagit alors violemment et la rejette ne pouvant supporter l’idée d’épouser une femme déjà « souillée ».scorsese-portrait

Le montage de Scorsese enchaîne les plans et révèle les contradictions de la vie d’un homme torturé. Sans transition, le spectateur observe J.R. dans une scène de sexe d’anthologie avec ses maîtresses (sur fond de « The End » de The Doors), dans ses soirées whisky et armes à feu entre copains, dans le confessionnal d’une église, dans sa chambre pleine d’icônes saintes, aux bras de Susan en gentleman drôle et fin, puis furieux la traitant de « putain » et lui offrant la faveur de « pardonner » son viol. Qui est le plus sale dans l’affaire ?

Lui-même marqué par son éducation catholique, Martin Scorsese signe un premier long métrage dénonçant la lâcheté de certains hommes sous couvert de principes religieux considérant bien souvent les femmes en tentatrices diaboliques. Who’s that knocking at my door ?, naissance d’une figure de la réalisation hollywoodienne, nous fait l’honneur de sortir dans nos cinéma le 10 juin et je ne peux que vous conseiller d’aller le voir.

Juliette Chain

Bande annonce

« L’oeil du critique » ou le faiseur de sens… au Musée d’art moderne de la Ville de Paris
Le 7ème arrondissement fait son cinéma
Juliette

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *