Cinema
Quatre vies vécues « Par les épines » : un film de Romain Nicolas, en salle le 10 octobre 2012

Quatre vies vécues « Par les épines » : un film de Romain Nicolas, en salle le 10 octobre 2012

07 octobre 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Est-ce qu’on peut vivre autrement que « Par les épines » ? C’est la question posée par Romain Nicolas à ses débuts comme metteur en scène de longs métrages. Un film marqué par les imperfections de tout commencement, la matière est touchante mais elle risque à plusieurs reprises le pathétique. Bien construit et habilement tourné.

C’est l’histoire de quatre personnes dont la vie est tourmentée par un but qui semble inaccessible. « C’est désagréable de ne pas se sentir à sa place » dit un personnage au milieu du film. La mise en forme d’un roman de succès par une écrivaine déçue par la vie, la recherche d’un travail d’un jeune homme surdiplômé et affligé, la poursuite de la parole de la part de Juliette, une jeune fille dont les traumatismes subis dans un passé trouble lui ont enlevé la voix, les abstinences de Marilyn, une jeune femme qui a décidé d’oublier le plaisir : ce sont les tourments de notre époque, condensés dans un film qui veut les montrer dans leur banalité tragique. Le but est atteint de façon saccadée : parfois efficace, parfois affectée, la mise en scène de ces existences ordinaires donne souvent l’impression d’un déjà vu. Que cela se rapporte à notre vécu, à nos vies personnelles, ou à d’autres mises en scène, déjà vues, de celles-ci, on ne saurait pas le confirmer, mais de temps à autre, on a l’impression que quelques failles s’ouvrent dans le film. Lieux communs ou sujets déjà pleinement débattus et épuisés ? La question reste ouverte. Au public cinéphile français de trouver la réponse. A partir du 10 octobre prochain. D’ailleurs, si Romain Nicolas nous donne souvent l’impression de choisir des solutions dramatiques faciles, il faut dire que son film reste toujours comme il le voulait : « impressionniste, délicat ». Le jeune metteur en scène reste fidèle à son but qui n’était pas celui d’un film à « l’air faux, boursouflé ou prétentieux ».

Un cast d’exception soutient cette idée de simplicité romanesque à la base des propos de Romain : l’innocence troublée de Juliette Besson et le mordant sans excès de Agnès Soral renforcent énormément l’énergie du film. Un résultat qui laisse transparaitre, parmi les ingénuités, une sensibilité et un regard prometteurs.

L’innocence d’Adel Abdessemed s’expose au centre Pompidou
Van Gogh, rêves de Japon : Ambitieux sujet pour étude minimaliste
Celeste Bronzetti

One thought on “Quatre vies vécues « Par les épines » : un film de Romain Nicolas, en salle le 10 octobre 2012”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture