Cinema

Prêtres corrompus et robes glaçantes au Festival du film européen des arcs (jour 3)

Prêtres corrompus et robes glaçantes au Festival du film européen des arcs (jour 3)

18 décembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Toute la culture est arrivée ce lundi 17 décembre au 10e Festival du Film européen des Arcs. Une belle journée de cinéma européen sans merci et plein de grâce.

 

Arrivés à 15:00 sur les cimes des Arcs 1950, nous sommes montés jusqu’à 2000 pour voir notre premier film de la compétition: In Fabric . Après nous avoir émerveillés de kitsch SM dans The Duke of Burgundy (lire notre interview), le britannique Peter Strickland poursuit sa quête esthétique du geste seventies parfait et reprend un peu du giallo de son Berberian Sound Studio pour sortir toute les griffes rouges et toutes les silhouette effrayantes de mannequins qui nous auraient manqué dans  les films Brian de Palma. Dès le générique : le ton sexy et épouvante sur fond de seventies nostalgiques est donné. Alors que l’histoire fait défiler quatre personnage porteurs d’une robe rouge fatale, les citations sont nombreuses (Prix spécial à la Dame de Shanghai dans la salle d’essayage), les scènes de sexe aussi perverses et folles que soyeuses et l’on rit autant que l’on s’émerveille des couleurs et de la lumière. Avec plusieurs degrés et un décentrement qui fait hurler de rire ,cette grande œuvre porte bel et bien la griffe de son réalisateur, qui semble avoir trouvé sa voix singulière et le crie dans ce 4e long métrage.

Manu Katché a fait défection mais le concert de jazz prévu à l’hôtel Taj Mahal aux Arcs 2000 à bien eu lieu, avec une vraie ambiance de club, du monde amassé et des cocktails très soignés.

Toujours à 2000 m, dans la salle du Festival, alors que cinq millions de personnes ont vu le film en Pologne et l’acteur Jawel Braciak est venu présenter un des films du grand cycle que les Arcs consacre cette année à ce membre de l’UE. Commençant comme une comédie et progressant avec brio (et une photo extraordinaire) vers l’insoutenable, Clergy, de Wojciech Smarzowsky met en scène trois prêtres corrompus : l’un à mis enceinte la femme qu’il aime et l’a engagé comme sa servante, l’autre est prêt à marcher sur des cadavres et à organiser tous les pots de vin nécessaires à la construction d’un sanctuaire pour son évêque et le troisième est généreux mais accusé de pédophilie … Tous les dossiers sombres et même sale de l’Eglise ressortent à l’aune de ces trois personnages, condensés et concentrés dans une Pologne dont on mesure la ferveur catholique. Et derrière eux, le clergé fait corps et enterre les sujets les plus délicats, dans une course-poursuite à la corruption, sans jamais entendre la douleur et sans jamais se remettre en question. Les psychologies sont ciselées, malgré le caractère panoramique du message, les acteurs sont extraordinaires et le rythme ainsi que l’image nous emportent, dans un immense malaise très efficace. Un film qui n’esquive pas les sujets qui fâchent et dont on entendra parler en France.
Avant que tous se retrouvent pour une nuit à 1950 au célèbre et petit bar O’chaud le programme de seconde partie de soirée était un grand bowling dans les sous-sols des cimes où les équipes ont permis aux gens aux souliers prêtés pour l’occasion de se rencontrer et d’échanger. Chaleureux et gentiment  arrosé de bière.
Rendez-vous demain pour plus de cinéma européen du haut des Alpes.
Visuels :YH
« Cendrillon », ballet de Rudolf Noureïev, à l’Opéra de Paris
Eve Plenel, directrice de Paris Sans Sida : « Notre discours pour les plus jeunes est de décorréler le préservatif du Sida »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *