Cinema

Plan B de Marco Berger

25 juin 2010 | PAR Coline Crance

Plan B est le premier film du cinéaste argentin, Marco Berger. Il a été récompensé lors de divers festivals. Il sort en salle le 28 juillet 2010. durée : 1h43 avec Manuel Vignau, Lucas Ferraro, Mercedes Quintero.

 Marco Berger dans son film prend le contre revers du genre de la comédie romantique. Sur un scénario à la Marivaux : une jeune homme cherche à reconquérir son ex petite amie qu’il a lui-même plaqué en draguant son nouveau copain qu’elle trompe elle-même avec lui . Jeux de doubles et de dupes, le scénario très vite étonne et se démarque. L’intrigue de la reconquête amoureuse devient secondaire. Seule l’amitié qui se crée entre les deux garçons compte. A la fois tendre et cynique, l’un trompe l’autre trop idéaliste et naïf, elle dépasse avec finesse la définition sexuée et sexuelle que l’on porte sur toute relation trop hâtivement. Nos deux protagonistes dépassés par leur petit jeu et leur attirance réciproque devant cette amitié fusionnelle, se voient contraints de passer au « plan B ». Ce « plan B » parti d’une plaisanterie, amène son instigateur à se prendre lui-même dans son propre piège. Marco Berger filme cet amour naissant avec intelligence et sensibilité. Tourné avec une caméra dv, le film se fait « amateur » pour mieux immiscer le spectateur dans cette intimité. Un mot , un geste , un sourire fait comprendre le désir mutuel qui se crée entre ses deux jeunes hommes. Toutefois le parti pris d’une caméra très épurée et d’une mise en scène très minimaliste est aussi paradoxalement l’écueil de ce film. Le rythme n’est pas assez enlevé et prive Marco Berger de réellement tirer parti de cette situation sensible et coquace.

Erreur peut-être de premier film. Quoiqu’il en soit celui-ci reste une jolie comédie pleine d’humour et d’intelligence. Ce « plan B » en effet, ne tombe jamais dans les clichés et offre au spectateur la possibilité de réfléchir à son propre rapport au désir qui est bien souvent le fruit de contrainte sociales qui nous éloigne de ce que nous voudrions vraiment.

Sortie ciné : Toy Story 3
Le sculpteur Etienne-Martin redécouvert par le Centre Pompidou
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *