Cinema

Persécution de Patrice Chéreau

Persécution de Patrice Chéreau

12 décembre 2009 | PAR Coline Crance

Persécution sorti le 9 Décembre 2009 avec Romain Duris, Charlotte Gainsbourg et Jean Hugues Anglade est le dernier film de Patrice Chéreau. Film sombre, personnel, porté par des acteurs exceptionnels, il confirme les talents de dramaturge de Patrice Chéreau qui revient à son plus haut niveau.

Le titre à lui seul présage le film « Persécution ». Romain Duris campe un homme, Daniel, atteint de névrose et malade d’aimer d’un amour qu’il ne sait recevoir en retour. Face à Romain Duris, sombre et psychotique, s’oppose la frêle silhouette de Charlotte Gainsbourg qui tente tant bien que mal de lui apprendre à aimer. Duo amoureux en mal d’aimer qui prend son envol par le talent de Patrice Chéreau, maître de la dramaturgie. Le génie de Patrice Chéreau est d’avoir fait intervenir ce mystérieux personnage interprété par Jean Hugues Anglade. Certes la thématique du triangle amoureux n’a rien d’original au cinéma, mais cette fois-ci ce triangle amoureux est d’autant plus fascinant qu’il n’est pas physique mais appartient au monde de l’imaginaire frôlant sur les frontières de la folie. Jean-Hugues Anglade n’est peut-être en réalité que le fruit de l’imagination de Daniel et de ses souffrances psychotiques. Croquant un personnage inconscient des désordres de sa personnalité, Chéreau bazarde toutes psychologies pour mener ces personnages à une confrontation d’abord verbale puis physique, révélateur de cette profonde sécheresse des sentiments. Persécution est un film sur l’amour, sur un couple à la dérive, mais c’est aussi avant tout sur le parcours d’un homme,  sur sa descente aux enfers dans une société dans laquelle il ne se reconnaît pas, qu’il n’accepte pas, porté par une exigence trop haute de lui-même qu’il répercute sur les autres. Et même si le film peut sembler parfois bavard, cette parole n’est pas moins que la dernière forme d’expression pour Daniel de se sentir exister ;  parler trop pour combler le vide et la solitude qui est en lui.

Toute en sensibilité Chéreau filme cet homme persécuté, confus dans ces sentiments, dans son incapacité d’aimer et qui ne peut concevoir qu’il puisse l’être un jour. Obsessionnel et passionnel ces dérives psychotiques se cristallisent chez Sonia, sa seule raison de vivre. Amour au fond impossible qui ne peut pas être amené à durer. Quelles sont les raisons pour lesquelles on quitte quelqu’un ? ,  lui demande-t-il.

Persécution de Patrice Chéreau

La raison est en creux dans ce film : on quitte quelqu’un quand il est tellement emporté dans son obsession que l’amour devient univoque, inaccessible pour l’autre. Incapable d’aimer, la soif des sentiments de Daniel ne peut que se résorber par un amour encore plus excessif et maladif voir suicidaire incarné par Jean-Hugues Anglade. L’irrationalité de cet amour apaise les souffrances de Daniel. Finalement, le vrai talent de Patrice Chéreau est d’avoir fait de ces acteurs plus que des personnages de chair et d’os avant tout des allégories de l’amour. Trois formes d’amour qui s’attirent et qui s’entrechoquent, trois formes d’amour qui d’une certaine manière régissent toutes relations entre les gens, trois formes d’amour qui si elles ne se quittent pas, se persécutent et se détruisent…

Avancée des négociations dans la gréve des musées et monuments nationaux
3 titres des Baddies en version acoustique
Coline Crance

2 thoughts on “Persécution de Patrice Chéreau”

Commentaire(s)

  • Ghita

    Quelle pertinence ! Un vrai plaisir à la lecture !

    décembre 12, 2009 at 19 h 37 min
  • Laurent

    Magnifique article, qui donne très envie d’aller voir ce film. Bravo.

    décembre 14, 2009 at 12 h 09 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *