Cinema
<em data-lazy-src=

Parlez-moi de vous encore et encore… de Pierre Pinaud ( en salles le 11 janvier )

04 janvier 2012 | PAR Camille Lafrance

Parlez moi de vous est l’histoire de Mélina. Animatrice à la radio, elle fait battre le coeur des français. Sa voix est connue de tous mais son visage inconnu. Chaque soir, elle conseille et répond aux questions des auditeurs sur leurs problèmes de coeur et de couple.

En réalité, Mélina ou Claire de son vrai prénom garde une véritable distance envers les autres et s’est au fil des années construit une forteresse dorée dans les beaux quartiers. Grâce au travail d’un détective, elle retrouve la trace de la mère qu’elle n’a jamais connue et la découvre au sein d’une famille nombreuse, vivant en banlieue. Elle décide de la rencontrer incognito…

On bénit le cinéma de produire de pareils films. Le coeur est touché en plein centre, et a relativement du mal à s’en remettre. Les jambes fléchissent d’émotion, et l’on ressort au bord des larmes et dans un état proche de la lévitation. C’est en soi un véritable exutoire et une formidable réussite pour un premier film.

Claire (Karine Viard) vit seule avec son chien et est absolument maniaque. À peine rentrée chez elle, elle quitte ses escarpins pour en chausser de nouveaux, visiblement destinés à l’intérieur. Son appartement a une vue sur le Grand Palais dont elle profite seule. Ses loisirs sont de se rendre à des expositions d’art contemporain. Elle n’a aucun lien avec personne et l’on comprend qu’elle s’est érigée une dure carapace affective. Elle arrive à un âge où elle a besoin de surmonter l’abandon de sa mère.

La musique de Maidi ROTH dans ces moments-là est bien placée, discrète, dans son univers, collant parfaitement à la dramaturgie du film.

Karine Viard a le pouvoir de rendre lumineuses ses émotions au spectateur. La première fois qu’elle aperçoit Joëlle, sa vraie mère jouée par Nadia Barentin dans un rôle à multiples facettes, et malheureusement aujourd’hui disparue, les battements de son coeur font partie intégrante du paysage sonore. On vit avec elle l’instant. Son personnage est absolument émouvant à la fois dans sa fragilité et sa recherche éperdue de reconnaissance maternelle.
Mais face à la réalité, Claire tombe de haut : Joëlle est loin de l’image de la mère qu’elle s’était forgée.
Pierre Pinaud s’est documenté sur la psychologie des enfants abandonnés et a produit une oeuvre au propos totalement vraisemblable et excellemment illustrée.

Au final : aucune fausse note dans l’accompagnement musical, finalisé par Le Bonheur de Berry transmettant l’idée d’un bonheur inexistant mais qu’il faut persister à chercher ; aucune dissonance dans une réalisation servie par la force de ses images et l’intelligence de ses choix, et une interprétation sans failles, troublante de beauté qui touche directement aux entrailles, spécialement Nicolas Duvauchelle extraordinaire d’humanité et de sensibilité.

Meetic voit plus loin avec Maiwenn
La folie Almayer, sublime et angoissante plongée au coeur d’une tragédie familiale
Camille Lafrance

3 thoughts on “Parlez-moi de vous encore et encore… de Pierre Pinaud ( en salles le 11 janvier )”

Commentaire(s)

  • cocoannie34

    BON FILM ET TRES REUSSI, KARIN VIARD EST EXTRAORDINAIRE DANS LE ROLE. ELLE EST EMOUVANTE, ELLE D’UNE SENSIBILITE A FLEUR DE PEAU.UN PERSONNAGE PAS FACILE A JOUER. ELLE EST TRES TOUCHANTE, VRAIMENT UNE GRANDE ACTRICE. ET EN PLUS ELLE EST TRES BELLE.

    LE SUJET DU FILM EST UN SUJET REEL ET D’ACTUALITE, MALHEUREUSEMENT, ENCORE DE NOS JOURS, TOUS LES GENS COMME ELLE, DANS LE FILM, QUI SONT CONFRONTES A UNE SITUATION PAREILLE.
    TRES DIFFICILE UN ROLE COMME LE SIEN ET ELLE EST EPOUSTOUFFLANTE DE VERITE. QUAND A NICOLAS DUVAUCHELLE, QUE J’AIME BEAUCOUP, LUI AUSSI, IL INTERPRETE PARFAITEMENT SON PERSONNAGE. IL EST TOUJOURS AUSSI VRAI ET NATUREL.
    JE TROUVE QU’ILS ONT VRAIMENT BEAUCOUP DE TALENT TOUS LES DEUX.

    janvier 12, 2012 at 8 h 59 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *