Cinema

Palmarès du Sundance Film festival 2012

Palmarès du Sundance Film festival 2012

30 janvier 2012 | PAR LLT

La 21e édition du festival de Sundance s’est achevée hier. Au menu, des heureux, des déçus, des découvertes et des millions de dollars déboursés par les studios pour acquérir les petites perles du « cinéma indépendant ». Et le Grand Prix du jury revient à Beasts of the Southern Wild de Benh Zeitlin.

La révélation de Park City est un film sorti de nulle part: Beasts of the Southern Wild. Le pitch est tout aussi loufoque que fantastique. Dans une communauté oubliée, de surcroît au bout du monde, Hushpuppy, une fillette de six ans va devoir « surmonter des catastrophes aux proportions pour sauver sa famille et sa maison bientôt engloutie par les eaux ». L’histoire s’annonce quelque peu surréaliste et c’est Fox Searchlight qui  a pris le pari de diffuser ce film. Un pari à deux millions tout de même.

Côté documentaire, c’est Eugene Jarecki et son The House I live in qui a remporté le Grand Prix. Le film traite de l’échec de la lutte contre les drogues aux États-Unis depuis une quarantaine d’années. En recevant son prix, le réalisateur n’a pas oublié de faire remarquer que  les USA ont le plus grand nombre de prisonniers au monde, soit 2.3 millions.

Pour tout ce qui ne vient pas du Grand Continent, à la rubrique documentaire étranger, le film The law in these parts a remporté le Grand Prix du Jury. Réalisé par Ra’an Alexandrowicz, le documentaire s’interroge, témoignage de magistrats à l’appui, sur les lois d’exceptions d’Israël pour les territoires palestiniens occupés.

Niveau négociations et billets verts, C’est The Suggorate qui remporte la palme du film le plus cher du festival. C’est sûr qu’une Helen Hunt nue pendant toute une scène, cela fait monter les enchères. Et c’est encore Fox Searchlight qui rafle la mise. Le studio s’est offert les droits internationaux de diffusion du film de Ben Lewin pour la modique somme de 6 millions de dollars.

A noter que Wrong de Quentin Dupieux a connu de bonnes critiques, mais n’a pas remporté de prix à Park City.

Des soins en or avec La Sultane de Saba
Les Monty Python de retour !
LLT

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *