Cinema

Oncle Boonmee : une Palme d’Or 2010 en demi-teinte

26 août 2010 | PAR Geraldine Pioud

Lorsque sa femme et son fils défunts lui apparaissent, Oncle Boonmee comprend que la passerelle entre sa vie et sa mort est en train de se construire. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul nous propose une vision intéressante de l’acceptation de sa propre mort et du deuil en général. Moins expérimental que ses précédents films »Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures) », devient par là même beaucoup plus abordable.

Au-delà du prestige, l’obtention de la Palme d’Or à Cannes est à double tranchant. Tout en permettant une notoriété rapide, le film et son réalisateur se voient projeter sur le devant de la scène, scrutés de toutes parts. Le public ne sait que penser de cette oeuvre qui se voudrait trop élitiste, souvent mise en scène par un quasi-inconnu (difficulté supplémentaire ici, alors répétez après moi : Apichatpong Weerasethakul) ; quant au journaliste de cinéma qui ne l’aurait vu que sur la Croisette, il attend la projection avec une impatience enfantine, espérant secrètement que c’est cette année qu’il pourra crier au chef d’oeuvre. Dans le cas de la Palme d’or 2010, Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), ce qui nous est proposé par le cinéaste Apichatpong Weerasethakul offre un résultat globalement positif. Sa vision du passage dans l’autre monde est douce, éducative et souple, malgré la douleur engendrée par la perte de l’être aimé. Il nous donne à voir une sorte d’initiation à la mort, magnifiée dans une séquence qui se déroule lors d’un repas, lorsque les fantômes viennent se joindre au « banquet ». Autour de cette scène voluptueuse, de grands moments de grâce, des apparitions magiques et mystérieuses, réduisant parfois la vie à ses bruits, et à ses silences aussi. Tout au long du film la bande son est d’une qualité remarquable, mais, comme souvent, on a les défauts de ses qualités : en se focalisant sur les bruits de la nature (hommes, animaux, feuilles, vent, etc.) et en « omettant » d’intégrer une partition (originale ou non), Apichatpong Weerasethakul met en place un espace-temps trop conventionnel par rapport au réel. N’oublions pas qu’il s’agit de cinéma, donc de fiction, et que la musique, lorsqu’elle est utile à la diégèse et intelligemment mise en place, peut devenir un personnage essentiel voire indispensable.

Alors qu’en est-il, comme dans le cas de Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), de l’absence quasi totale de musique? Ce qui est finalement perturbant dans ce choix, c’est le contraste qu’il forme avec l’image et l’histoire : des fantômes, des vies antérieures, des hommes-singes aux yeux rouges, de l’irréel ancré dans le réel à chaque instant. Ce qui n’est pas (fantômes and co. jusqu’à preuve du contraire) ce serait certainement embelli avec une musique adaptée. Le choix d’Apichatpong Weerasethakul, s’il n’est pas esthétique, est peut-être idéologique : la mort, c’est tout simplement le silence du corps. Oncle Boonmee se souvient de ses vies antérieures, c’est pourquoi il décide d’aller mourir là où il serait né la toute première fois. Dernier souffle dans une sorte de grotte, entouré des siens, et puis la vie qui continue. Après les funérailles, les vivants regardent la télévision. Surprenant mélange que ce film, dans une oscillation permanente entre la modernité et les traditions. De là à savoir s’il y a légitimité ou non pour une palme dorée, c’est un autre débat!

Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), de Apichatpong Weerasethakul, avec Thanapat Saisaymar, Jenjira Pongpas, Sakda Kaewbuadee, Natthakarn Aphaiwonk
France, UK, Thaïlande, Allemagne, Espagne. Drame. 1h53
En salles le 1e septembre 2010

Infos pratiques

1 max X 2 Ciné : une place offerte pour une achetée !
Gagnez 2×4 places pour la Pleurante des rues de Prague
Geraldine Pioud

One thought on “Oncle Boonmee : une Palme d’Or 2010 en demi-teinte”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *