Cinema

[Mostra 2016, compétition] Piuma, la teen-comedy à italienne qui a plus ou moins convaincu

[Mostra 2016, compétition] Piuma, la teen-comedy à italienne qui a plus ou moins convaincu

06 septembre 2016 | PAR Ariane Kiatibian

La présence d’une comédie de mœurs au sein d’une sélection officielle 2016 où on se prend un peu (trop) au sérieux, mérite d’être signalée. L’italien Roan Johnson (comme son nom ne l’indique pas) nous propose un film distrayant, sans plus.

[rating=2]

© Antonello & Montesi

Deux lycéens vivant dans la banlieue de Rome, Ferro (Luigi Fedele) et Cate (Blu Yoshimi), attendent un enfant. Dans quelles conditions le garder et prévoir d’en prendre soin ? C’est chez la famille de Ferro que s’installera le jeune couple, pas encore indépendant ; bientôt, le père de Cate les rejoindra.Le film montrera les tribulations de ce couple d’ados attendrissants et de leur famille, entre sérénité transitoire et désaccords plus ou moins bruyants, le temps d’une grossesse qui ne sera pas de tout repos.

Piuma a suscité des réactions mitigées en ce 7ème jour de festival de la Mostra. On regrettera une présentation un peu anecdotique des relations entre les personnages et le peu de créativité dans les ressorts comiques. L’intéressante idée d’une lutte entre les générations aurait gagné à être développée pour étoffer le contenu du film. On s’amusera en revanche de cette présentation façon « perpétuel drama » bien assumée par le réalisateur et parfaitement incarnée par le père de Ferro (Sergio Pierattini), qui campe un très amusant « padre méditerranéen », tour à tour excédé par l’irresponsabilité de son fils ou désespéré devant l’enchaînement de ses frasques. Dans ce Juno à l’italienne, le personnage de Ferro n’est heureusement pas réduit au jeune énergumène fiévreux. Un peu poète, il fait preuve d’une maturité et d’une sagesse inattendues dans l’accompagnement de la grossesse : ses mots vont aider Cate à finalement prendre pour l’enfant à venir la plus juste décision.

Piuma de Roan JOHNSON  avec Luigi Fedele, Blu Yoshimi Di Martino, Sergio Pierattini, Michela Cescon, Francesco Colella – Italie 98′

[Deauville 2016] Avec « In Dubious Battle », James Franco adapte John Steinbeck à l’écran
[Mostra 2016, compétition] El Ciudadano Ilustre ou la solitude de l’écrivain adulé qui retourne au pays
Ariane Kiatibian

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *