Cinema

Morning Glory : le diable se déguise à la télé

Morning Glory : le diable se déguise à la télé

18 janvier 2011 | PAR Yaël Hirsch

Aline Brosch McKenna, la scénariste du « Diable s’habille en Prada » remet ça. Et cette fois-ci, cela se passe à la rédaction d’une des matinales les moins regardées d’une chaîne nationale américaine. Avec la ravissante Rachel McAdams, l’impeccable Diane Keaton et un Harrisson Ford tellement baroudeur qu’on l’imagine déjà dans le 5e volet d’ « Indiana Jones », le film parfaitement calibré offre un précieux moment pétillant. Sortie le 6 avril 2011.

A 28 ans, Becky Fuller (Rachel McAdams) ne vit que pour la télévision. Son travail de productrice associée à la matinale d’une petite chaîne du New Jersey la force à se lever à 1 heure du matin et ne laisse aucune place dans sa vie pour un fiancé. Lorsqu’elle perd ce travail, Becky réagit comme il se doit et envoie son CV partout. Finalement le producteur d’une grande chaîne nationale (Jeff Goldblum) appelle Becky pour un entretien : il a besoin d’une nouvelle productrice pour la matinale « Daybreak », qui malgré ses 40 ans d’existence, patauge lamentablement en dessous de tout niveau d’audience. Becky a l’idée géniale d’aller chercher un ancien reporter vedette ( irrésistible Harrisson Ford) pour lui demander de traiter les sujets débiles d’une matinale en duo avec l’indéboulonnable présentatrice de l’émission (Diane Keaton). Mais cela suffira-t-il à sauver l’émission et à lancer la carrière d’une Becky un peu distraite par son aventure avec un autre producteur très wasp de la chaîne (Patrick Wilson)?

Le cinéma américain ne nous le dira jamais assez : avec des kilos de volonté, un grand sourire et certaines compétences, on peut soulever des montagnes. Et poursuivre ses rêves et grimper l’ascenseur social en plein cœur de Manhattan. Servi par un casting de choc, un scénario millimétré,  un Newyork atemporel, et la fraîcheur sexy mais pas trop de Rachel McAdams, « Morning » Glory prouve encore une fois que ces vieux clichés ne sont pas élimés. On rit beaucoup. On sympathise, et l’on se laisse prendre au jeu de la jeune arriviste-idéaliste, sans aucun état d’âme. Un parfait moment de divertissement.

 

« Morning Glory », de Roger Michell, avec Rachel McAdams, Harrisson Ford, Diane Keaton, Patrick Wilson et Jeff Goldblum, USA, 1h47, sortie le 6 avril 2011.

Infos pratiques

Une pure affaire, quand la famille se met à dealer
Garage rock : Royal Republic à la Maroquinerie le 5 février
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *