Cinema

Mike: la belle et le bad boy entre teen movie indépendant et drame loachien

Mike: la belle et le bad boy entre teen movie indépendant et drame loachien

17 juin 2011 | PAR Gilles Herail

La critique d’un premier film naïf, nonchalant mais souvent attachant où le couple Marc André Grondin et Christa Theret rayonne dans des atmosphères différentes, de la comédie à la romance en passant par le drame. Mention honorable.

Synopsis officiel (extraits): Mike, Fred et J-C, 20 ans, ont grandi dans un village d’Alsace, à la frontière de l’Allemagne et de la Suisse. Dans l’indifférence quasi générale, le trio fonce tête baissée, sourire aux lèvres. Il s’amuse entre parties de foot de division d’honneur et virées en moto. Mike voue une véritable passion pour les voitures et a la fâcheuse habitude de les voler avant de les remettre à leur place, en toute innocence. C’est au volant d’une Porsche qu’il séduit Sandy. Avec elle, une véritable histoire d’amour commence. Elle apparaît comme sa meilleure chance. Mais Mike est à cet âge incertain où des choix et de nouvelles règles s’imposent.

Drôle de film que ce Mike, premier long fauché mais plein de cœur du réalisateur Lars Blumers. L’histoire d’un glandu sympathique totalement immature enfoncé dans des problèmes qu’il a lui même créés. Dans une petite ville anodine où il a toujours vécu, Mike passe ses journées à trainer, avec ses potes, notamment chez un alcoolique notoire en voie de clochardisation. Et puis le faux bad boy un brin casse cou rencontre sa belle et en tombe amoureux. Elle tombe enceinte et les choses sérieuses semblent devoir commencer. Mais notre loser sympathique ne sait rien assumer, tente un casse foireux et en prend pour six mois. Marc André Grondin apporte un charme angélique à cette petite frappe incapable de se prendre en main, pique assiette profiteur autant que doux rêveur. Le film est à l’image de son protagoniste. Fleur bleue dans sa douce poésie de pacotille. Paresseux dans son intrigue et son rythme parfois plan plan. Mais bizarrement très attachant. On croit donc à ces quelques seconds rôles pittoresques, Eric Esmolino en tête, pourtant assez caricaturaux, à cette petite famille aussi, Mike, Sandy et leur enfant. Malgré une certaine mollesse, on ne peut s’empêcher de s’inquiéter, voire de s’indigner quand Mike ruine ses tentatives pour grandir un peu, et retombe dans ses travers.

A l’opposé de cet adolescent attardé se trouve en effet sa copine, incarnée par Christa Theret (révélée dans LOL et le village des ombres). Elle assure le retour à la normalité, loin de l’univers parfois fantaisiste d’un décor qui aurait pu séduire une petite comédie indépendante américaine. C’est son personnage, très ancré dans le réel qui amène le film vers un certain naturalisme social, revendiqué par les frères Dardenne et Ken Loach. Jusqu’à une dernière partie plus dramatique qui tranche avec la nonchalante désarmante qui traverse le film. Souvent mou mais jamais prétentieux, Mike se laisse regarder sans déplaisir, porté par un charme qui fait oublier la faiblesse du propos. Le premier degré salvateur de l’ensemble du casting démontre la sincérité d’un réalisateur dont la seule ambition est de raconter une belle histoire de cinéma. Comme son protagoniste, souvent désespérant mais que le spectateur n’arrive jamais vraiment à condamner, le film ne mérite pas de louanges particulières mais bénéficie assurément d’un joli capital sympathie.

Gilles Hérail

La très fidèle bande-annonce de Mike, une comédie dramatique française de Lars Blumers avec Marc-André Grondin, Christa Theret et Eric Esmolino, sortie le 22 juin 2011.

Jazz : Interview de la chanteuse Tangora
Le festival Musiques et Jardins devient Rhizomes!
Gilles Herail

2 thoughts on “Mike: la belle et le bad boy entre teen movie indépendant et drame loachien”

Commentaire(s)

  • Je viens de voir ce film en avant-première, et franchement, allez-y, allez le voir j’ai passé un super moment !!! Marc-André Grondin est génial dans on rôle de jeune adulte torturé et un peu perdu, et Christa Theret est époustouflante en jeune maman qui essaye tant bien que mal de donner un peu d’énergie à son homme. Un superbe film !! Et puis … RPZ 68 ;p

    juin 20, 2011 at 22 h 20 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *