Cinema

[L’Étrange Festival] « Attack of the adult babies », délire gore marrant mais un peu limité

[L’Étrange Festival] « Attack of the adult babies », délire gore marrant mais un peu limité

17 septembre 2017 | PAR Geoffrey Nabavian

Si ce délirant film chargé en hémoglobine fait rire par instants, et compte parmi ses atouts une solide partie technique, il ne parvient pas totalement à faire décoller ses bonnes idées…

[rating=3]

attack-ofAlors que les prix décernés par l’Étrange Festival se font attendre, ce film gore, chargé d’humour noir, et d’origine britannique, vient nous distraire avec ses idées originales. Au sein de cet Étrange Festival 2017, où on a pu voir, et apprécier, Les Garçons sauvages, Kuso, ou Les Bonnes Manières, Attack of the adult babies amène son vent régressif. Impressionnant, au début : une famille, jouée par un formidable quatuor d’acteurs, se fait prendre en otage par deux truands nuls, eux aussi magnifiquement interprétés. Une intervention criminelle qui ne prendra fin que si ladite fratrie s’infiltre dans une maison pour y voler des papiers précis. Un grand manoir, perdu dans la campagne britannique ensoleillée. Où l’on découvre vite que des hommes âgés, riches et puissants, payent pour « jouer aux bébés », sous le regard d’employées habillées en nurses, jeunes et très attirantes.

Le titre ne ment pas : le ton du film est joyeux, distancié, imprégné d’éléments de thriller et de cinéma gore, pas sérieux pour deux sous en fin de compte. Soutenu par ses interprètes chevronnés, le réalisateur sait réussir des instants comiques brillants, tels un mémorable non-démarrage de moto, ou prendre des risques, jusqu’à nous offrir un moment en pâte à modeler. Mais l’intérêt du film est hélas relatif. Passé le dégoût, rendu rigolo, de voir ces grands bébés au sein de l’établissement infiltré, une autre idée se fait jour, dans le scénario. Et rend celui-ci moins intéressant, plus schématique, moins fou. En gros, tous ces puissants sont des porcs : c’est ce qu’on retiendra, en guise de fond… Et c’est un peu dommage. Parsemé d’effets très gore, qui frappent, au début, le film vire à la course-poursuite déjà-vue. Avec une menace qui devient un peu ordinaire, trop déréalisée, trop artificielle. Cette production laissait espérer, à son démarrage, un peu de fond. Trash, mais intéressant aussi. En fin de compte, les thèmes traités n’emmènent pas très loin. Et le grand instant d’humour scato de la fin fait sourire, gentiment…

Attack of the adult babies, un film de Dominic Brunt. Avec Andrew Dunn, Kurtis Lowe… Interdit aux moins de 16 ans. Durée : 1h21.

Visuel : © AMP

Infos pratiques

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
Fall Of Summer
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *