Cinema
Les sorties cinéma de la semaine du 9 janvier

Les sorties cinéma de la semaine du 9 janvier

08 janvier 2013 | PAR Lucie Droga

Une deuxième semaine de rentrée bien chargée : suspense, comédies, drame, animation, ou réédition (pour les fans de la jolie Hepburn), les films à l’affiche vous donneront forcément envie d’aller courir les salles de ciné parisiennes.

The Master (USA. 2h17) réalisé par Paul Thomas Anderson avec Joaquin Pheonix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams

Le vétéran Freddie retrouve sa Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il décide de monter sa propre distillerie pour tenter d’apaiser la colère qu’il a en lui. Mais sa rencontre avec Lancatser Dodd, meneur d’un mouvement appelé la Cause  surnommé « Le Maître » va boulverser sa vie.

Un Prince (presque) charmant (FRA. 1h28) réalisé par Philippe Lellouche avec Vincent Perez, Vahina Giocante et Jacques Weber

Ou quand Jean-Marc,  homme d’affaires pressé rencontre malgré lui Marie, une jeune femme qui ne vit que pour être libre. Une rencontre inattendue entre deux personnes que tout oppose.

Les Jeux des nuages et de la pluie (FRA. 1h30) réalisé par Benjamin de Lajarte avec Audrey Dana, Alain Chamfort, Hiam Abbass;

Pour son premier long métrage, Benjamin de Lajarte met en scène six personnages qui vont, à la suite d’une météo mouvementée, devenir les héros de plusieurs histoires d’amour. Ils auront 24h pour trouver leur bonheur… Ou pas.

Une Histoire d’Amour (FRA. BEL. LUX 1h20) réalisé par Hélène Fillières avec Benoît Poelvoorde, Laetitia Casta, Richard Bohringer. Scènes pouvant choquer la sensibilité des jeunes spectateurs.

Le premier film de Hélène Fillières est tiré du roman de Régis Jauffret, Sévère, lui-même librement inspiré de l’affaire Stern. Une histoire d’amour avec ses codes singuliers.

Comme un lion (FRA. 1h42) réalisé par Samuel Collardey, avec Marc Barbé, Mytri Attal, Anne Coesens.

Mitri 15 ans, vivant dans un village du Sénégal, se fait repérer par un agent en vue d’intégrer les clubs de foot européens. Toute la famille se cotise pour l’envoyer à Paris, mais une fois sur place, les choses ne se passent aussi facilement que prévues. Commence alors un long voyage d’apprentissage…

Paradis: Amour (AUT. ALL. FRA. 2h00) réalisé par Ulrich Seidl avec Margarete Tiesel, Peter Kasungu, Inge Maux. Interdit au moins de 16 ans.

Paradis: Amour est le premier volet d’un trilogie qui dresse le portrait de trois femmes, toutes issues de la même famille. Pour ce premier film, Teresa, une autrichienne, part sur les plages du Kenya à la recherche de l’amour, mais très vite le constat s’impose à elle: l’amour est une marchandise qui se vend.

Aujourd’hui (FRA. SEN 1h28) réalisé par Alain Gomis avec Saul William, Aïssa Maïga, Anisia Uzeyman

L’histoire de Satché, dakarois qui doit mourir aujourd’hui. Les dernières heures d’un homme qui vit pour la première fois, et une belle réflexion sur l’instant présent.

Selkirk, le véritable Robinson Crusoé (ARG. CHIL. URUG 1h15) réalisé par Walter Tournier

L’histoire d’Alexandre Selkirk, marin écossais qui inspira le roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe  sur grand écran. Une façon de redécouvrir ce classique de la littérature anglaise.

Diamants sur canapé (USA. 1h55) sorti en 1962 réalisé par Blake Edwards, avec Audrey Hepburn, George Peppard, Patricia Neal.

A l’occasion des 20 ans de la disparition d’Audrey Hepburn Splendor films réédite en copie numérique restaurée deux chefs d’œuvre de la comédie romantique américaine où brille l’élégante aux yeux de chat. Lorsque Paul Varjak (George Peppard) emménage dans une gentille garçonnière à Manhattan, il tombe immédiatement sur sa fantasque voisine du dessous, Holy Golightly (Audrey Hepburn). Auteur d’un seul livre et en panne d’inspiration cet élégant gigolo entretenu par une femme mariée, s’éprend de la maigre brune qui vit d’expédients, dort nue, masquée et seule avec son chat de gouttière sans nom et fait des fêtes à tout casser dans son appartement =, au grand dam de son voisin japonais. Cachant sous une fascination pour le chic new-yorkais – et particulièrement Tiffany’s- un passé miséreux au Texas, la jolie Holy risque bien de rater l’amour, à force d’attendre un prince charmant au porte-monnaie trop bien garni.

Vacances Romaines ( USA. 1h59) sorti en 1954 et réalisé par William Wyler, avec Audrey Hepburn, Gregory Peck, Eddie Albert.

En tournée diplomatique en Europe, la princesse Ann (Audrey Hepburn) est enchaînée par le protocole lié à son rang. Arrivée à Rome, elle décide de s’échapper deux heures après une journée de devoirs dûment remplis. Mais son médecin lui a donné un sédatif. Elle s’endort sur un banc devant le Colisée où un journaliste américain, Joe Bradley (Gregory Peck) la découvre. Il lui offre le canapé de sa garçonnière pour la nuit. Jusqu’au moment où il réalise le rang de son invitée. Fauché et coincé à Rome, il voit dans la perspective d’un reportage exclusif sur les aspirations d’une princesse le sésame pour un retour au bruit et à la fureur de New-York. Une chose menant à l’autre, et le goût de la liberté étant trop délicieux pour rentrer dès le lever du soleil, le journaliste sans le sou et la princesse faisant l’apparat buissonnier vont vivre une journée parfaite, si ce n’est qu’ils se mentent sur leur identité.

 

Visuels: affiche des films.

« Le jardin » de Matisse retrouvé
La parade, une comédie de Srdjan Dragojevic qui dresse un portrait aussi truculent qu’alarmant de l’homophobie en Serbie
Lucie Droga

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *