Cinema
Les sorties ciné de la semaine du 28 décembre

Les sorties ciné de la semaine du 28 décembre

27 décembre 2011 | PAR Amelie Terranera

Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas. Que tous ceux qui exècrent la féerie et l’atmosphère doucereuse des fêtes de fin d’année se réfugient dans les salles obscures ! Vous voulez du thriller, de la malveillance, que dis-je, du drame ? Vous aurez l’embarras du choix : Malveillance dresse le portrait d’un gardien d’immeuble flippant, tandis que Les Crimes de Snowtown préfèrent évoquer le cas d’un tueur en série. La palme du dramatique revient sans conteste au classique Les Enfants du paradis de Marcel Carmé. A défaut, tournez-vous vers les comédies légères telles que Let My People Go ou encore Échange standard ! Bonne dernière séance (de l’année) !

 

Let My People Go !, de Mikael Buch, avec Nicolas Maury, Carmen Maura. Ruben n’a pas la vie facile . Il est à la fois un fils indigne, amant décevant, juif, homosexuel et assassin douteux. Au tournant de sa vie, Ruben doit faire des choix. Voir notre critique.

 

Malveillance, de Jaume Balagueró, avec Luis Tosar, Marta Etura. César est un gardien d’immeuble à la fois disponible et étrange. Il s’immisce dans la vie des habitants de façon malveillante.

 

 

 

 

30 Minutes Maximum, de Ruben Fleischer, avec Jesse Eisenberg, Danny R. McBride. Un prof d’histoire et un livreur de pizza se voient obligés de cambrioler une banque le jour où l’un d’eux se retrouve avec une veste parée d’explosifs.

 

 

 

 

Bruegel, le moulin et la croix, de Lech Majewski, avec Rutger Hauer, Charlotte Rampling. Au 16ème siècle, Pieter Bruegel l’Ancien, parfait son chef d’œuvre Le Portement de la croix, où derrière la Passion du Christ, on peut lire la chronique tourmentée des Flandres en plein chaos. Voir notre critique.

 

 

 

Killing Fields, de Ami Canaan Mann, avec Sam Worthington, Jeffrey Dean Morgan. Au Texas, une série de crimes minent la police locale. L’enquête se complique.

 

Échange standard, de David Dobkin, avec Ryan Reynolds, Jason Bateman. Dave et Mitch, deux anciens copains d’enfance inséparables ont bien changé en grandissant. Le premier est un mari accompli tandis que le second est toujours célibataire.

 

 

 

 

Fruit défendu, de Dome Karukoski, avec Marjut Maristo, Amanda Pilke. Deux jeunes femmes quittent leur petite communauté chrétienne conservatrice pour séjourner à Helsinki. Maria veut connaître le monde avant de retourner chez elle pour se marier à un garçon de sa communauté. Voir notre critique.

 

 

 

Les Crimes de Snowtown, de Justin Kurzel, avec Lucas Pittaway, Daniel Henshall. Jamie, 16 ans, vit une banlieue où règne chômage et abus sexuels. Sa vie change avec l’arrivée de John Bunting, que Jamie admire comme le père qu’il n’a pas connu. Il mettra du temps à comprendre que son mentor est un tueur en série…

 

Corpo celeste, de Alice Rohrwacher, avec Yle Vianello, Salvatore Cantalupo. Marta vient tout juste de rentrer en Calabre avec sa mère et sa sœur, après avoir grandi en Suisse. Du haut de ses treize ans, elle se sent comme une étrangère dans cette Italie du sud dévastée.

 

L’Empire des Rastelli, de Andrea Molaioli avec Toni Servillo, Remo Girone. Les Rastelli sont une riche famille italienne. Ils mettront alors tout en place pour garder leur hégémonie. (voir notre critique)

 

 

 

 

Maître du monde, de Enrico Giordano, avec Boris Beynet. Un courtier quadragénaire fuit la société et part en quête de rédemption. Actuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Enfants du paradis (1945), de Marcel Carné, avec Arletty, Jean-Louis Barrault. 1840, boulevard du crime. Les amours contrariés de Garance et du mime Deburau, tous deux séparés par d’autres amours : Lacenaire, Frédérick Lemaître et un richissime comte pour Garance, la fidèle, aimante et malheureuse Nathalie pour Baptiste…

 

La Rivière de nos amours (1955), de André De Toth, avec Kirk Douglas, Elsa Martinelli. L’éclaireur Johnny Hawks est chargé d’une mission de pacification des Sioux. Il s’éprend d’Onahi, la fille du chef Nuage Rouge. Western indémodable.

 

 

 

Source : Allociné.fr

L’esprit de l’escalier, dernier roman Raul Ruiz avant ses innombrables morts ?
Grève aujourd’hui à la Comédie Française
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *