Cinema
Les Arcs 2020, Jour 5 : Entre les cimes et les doutes de Miguel de Unamuno

Les Arcs 2020, Jour 5 : Entre les cimes et les doutes de Miguel de Unamuno

19 décembre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Retour ému et joyeux à l’Arcs Film Festival qui est allé nous chercher en bus jusqu’à Lyon pour nous affréter vers ses cimes cinéphiles. La première soirée de Toute La Culture a été marquée par le nouveau film d’ Alejandro Amenabar sur une page douloureuse de l’Histoire espagnole et par une soirée de fête, entre Quiz et Yourte.

Arrivés aux Arcs 1950, nous avons eu le temps de nous promener un peu dans le village très animé avant de prendre le cabriolet pour nous rendre à la Salle des Festivals des Arcs 2000 et y voir le nouveau film du réalisateur espagnol Alejandro Amenabar, Lettre à Franco (en VF Mientras dure la Guerra, « tant que dure la guerre »). Après les échecs cuisants de Agora (2009) et Regression (2015) qui ont été deux échecs commerciaux retentissants, le réalisateur de Mar a dentro (2004) et des Autres (2001) ouvre une page sombre de l’Histoire espagnole pour livrer un film en costumes qui ne convainc pas. L’histoire se passe à Salamanque en 1936 où le prestigieux recteur de l’université, l’humaniste vieillissant Miguel de Unamuno (Karra Elejalde, très maquillé) a été destitué et reprend sa place à la faveur de la prise de la ville par les « insurgés » nationalistes de Franco. A ce poste, il est supposé s’occuper des purges, ce qu’il refuse, jusqu’à ce que son meilleur ami soit arrêté car il est franc-maçon…

Par le biais des questions idéologiques que se pose le personnage de Unamuno, Amenabar nous propose de revivre la prise de pouvoir et les succès militaires de Franco. Mais sa réflexion sur la trahison des clercs est empesée de nombreux clichés, de dialogues plombants et plombés qui renvoient dos à dos les rouges et les franquistes, rendant presque sympathiques le modeste franco et sa femme qui tient la main à Unamuno après son acte de bravoure final. Unamuno ponctue ses réflexions sentencieuses sur l’histoire (à ses proches) et la vie (à son petit-fils) d’œuvres fragiles en papier (il pratique l’origami). Les images tournoient avec un baroque qui se veut vintage, catholique et « schindlerien ». Si bien qu’aucun plan n’aboutit vraiment. Le résultat est une sorte de pastiche hispanisant de Spielberg, dans le portrait d’un Juste, qui ressemble trop à un candide perdu, sans repère, incapable de sauver son monde… »… Si les derniers échecs de Amenabar avaient été commerciaux, cette fois-ci l’enjeu est politique et grave : comment rater un film sur une page aussi douloureuse de l’histoire d’Espagne et comment rendre Franco quasi-sympathique ?

Sortis de la séance assez déçus et rependant à l’extraordinaire documentaire sur les lois d’amnistie du franquisme, Le silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar, que nous avions découvert aux Arcs mêmes l’an dernier, nous nous sommes rendus au Bar « Les Belles pintes » pour un premier verre, de grands débats sur le film et le très attendu Quiz du Festival. Ambiance chaleureuse donc, avant de braver le froid pour cheminer un peu en contrebas des Arcs 1950 pour nous rendre à la Yourte du festival. Nomade, Le Perchoir et Cartel ont en effet investi une véritable Yourte au cœur de la neige, placé un bar et un piano pour offrir des vraies fêtes de nuits de montagne, entre chant à tue-tête sur nos grands classiques (Queen, Balavoine, Dalida…) et délicieux cocktails signature.

La nuit est avancée quand nous allons nous coucher, déjà impatients de notre deuxième journée de films et, nous l’espérons, de ski aux Arcs.

visuels : YH

L’agenda des vernissages de la semaine du 19 décembre
Soirée américaine à la Bellevilloise avec Ari Lennox
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *