Cinema
Le Roi Lion 3D: retour en fanfare du chef d’oeuvre Disney sur les grands écrans à Pâques!

Le Roi Lion 3D: retour en fanfare du chef d’oeuvre Disney sur les grands écrans à Pâques!

09 avril 2012 | PAR Gilles Herail

La vague des reconversions 3D de films à succès vient tout juste de commencer. Avant Titanic et Star Wars, la reprise au cinéma du Roi Lion a connu une vague d’enthousiasme sans précédent aux États-Unis puis en Angleterre. La reprise du roi lion arrive finalement en France le mercredi 11 avril 2012 . Une occasion de redécouvrir un film qui a marqué toute une génération dans les années 90.

Prévu pour une sortie limitée aux Etats-Unis de deux semaines précédant la sortie du dvd, Disney a maintenu son chef d’œuvre en salles devant l’enthousiasme populaire. Le Roi Lion est en effet le dernier très grand succès de l’animation traditionnelle Disney. Il avait attiré en France plus de 10 millions de spectateurs . Si la conversion 3D est tout bonnement inutile, le plaisir de revoir sur grand écran et dans le noir l’un des meilleurs films de Disney est inestimable!

Basé sur une structure narrative très classique de conte initiatique, le Roi Lion avait su  distinguer de la mêlée par la splendeur de son animation et la richesse de ses personnages. En version restaurée sur grand écran, le Roi Lion n’a rien perdu de sa splendeur, bien au contraire. Les premières séquences qui nous plongent dans l’univers du film nous rappellent que l’animation traditionnelle n’a  rien à envier aux effets photo réalistes d’aujourd’hui. Au delà de l’expérience visuelle, il faut bien admettre que l’humour du film fonctionne toujours autant, même si l’on a quitté depuis longtemps l’époque des cours de récréations.

Drôle, vif et brillant Le Roi Lion n’a pas pris une ride et les chansons très Disney passent même comme une lettre à la poste. Reste à ne pas oublier la puissance émotionnelle d’un film pour enfants marqué par des passages d’une étonnante noirceur. Avis aux émotifs et aux grands enfants qui ne s’en sont jamais remis, revoir sur grand écran la mort de Mufasa peut provoquer des réactions lacrymales incontrôlables !

Gilles Hérail

Essai : La solitude des mourants, de Norbert Elias
Alger sans Mozart : Cinéma, nostalgie et regrets d’Algérie
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture