Cinema
Le Musée Guimet fête les Cent ans du cinéma indien

Le Musée Guimet fête les Cent ans du cinéma indien

03 octobre 2013 | PAR Marie Boëda

La dixième édition du festival de l’Eté Indien au Musée Guimet fête cette année les 100 ans du cinéma indien. Jusqu’au 30 octobre des films de réalisateurs anciens et contemporains sont projetés et offrent un panel étoffé de l’art cinématographique indien, entre cinéma populaire et cinéma d’auteur. C’est l’occasion de découvrir des films inédits en France et des chefs d’œuvre peu diffusés. En invité d’honneur, le réalisateur Shyam Benegal sera présent à la clôture du l’événement.

AFFICHE_Ete_indien_2013Le festival a ouvert ses portes sur le premier film indien répertorié datant de 1913, le film muet « Raja Harishchandra » de Dhundiraj Govind Phalke. Tout juste restauré, il est l’emblème des précurseurs du cinéma indien et entame la découverte de réalisateurs allant du film à succès (« Devdas ») au cinéma d’auteur comme « La trilogie d’Apu ».

En hommage à Gandhi, le biopic réalisé par Shyam Benegal a été représenté ce mercredi 2 octobre, jour de l’anniversaire de Gandhi. Connu pour ses reconstitutions historiques, biographiques et ses documentaires, Benegal insiste sur l’aspect social des événements qu’il traite. « The making of the Mahatma » est un film de 2h25 inspiré du roman de Fatima Meer, il retrace le combat de Gandhi dans une Afrique du Sud sous le joug des colonies britanniques. On découvre avec émotion l’aboutissement de ses études de droit en Angleterre qui le conduisent en Afrique du Sud pour défendre les libertés fondamentales du peuple indien et sa transformation en Mahatma (« Grande Âme »). Le racisme et la férocité des représailles européennes sont décrits avec réalisme et mettent en exergue la volonté et la force tranquille dont a fait preuve Gandhi dans son combat sans violence. Joué par un acteur populaire Rajit Kapoor, le représentant des droits du peuple indien nous est dépeint sous deux facettes bien différentes. Intransigeant envers sa famille, il est d’une grande humanité à l’égard du peuple indien et n’hésite pas à devenir comme le plus démuni d’entre eux dans le but de comprendre toutes les doléances des Indiens d’Afrique du Sud.

Shyam Benegal est l’auteur de quelque 70 films. Une trilogie au regard anthropologique sur le portrait de femmes musulmanes sera diffusée le samedi 26 octobre dans l’auditorium du Musée Guimet.

Visuel (c) : Affiche du festival.

Infos pratiques

Vuitton : Au revoir Marc Jacobs, bonjour Nicolas Ghesquières
Nouons-nous : Emmanuelle Pagano joue les variations des noeuds amoureux
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *