Cinema

Le meilleur de 2010 : nos films préférés, 1er opus

Le meilleur de 2010 : nos films préférés, 1er opus

08 janvier 2011 | PAR Gilles Herail

Difficile de classer les films qu’on aime. Insupportable obligation de faire des choix, d’en oublier certains, d’en rajouter d’autres. La boule au ventre, les journalistes cinéma de Toutelaculture se proposent de risquer le cas de conscience en vous proposant leurs coups de cœur de l’année écoulée. Pas les « meilleurs » films mais ceux qui nous ont le plus marqué, par leur tonalité, leur sincérité, leur émotion. En toute subjectivité bien sûr !

 

GILLES HERAIL

10-  Inception. De la classe du Dark Knight, Inception est la claque cinématographique de cette année 2010. Magistral en tout point, Nolan impose sa maestria visuelle dans un scénario profond d’une grande complexité. La tension va crescendo tout en installant l’émotion. Un chef d’œuvre d’une rare intelligence qui nous réconcilie avec la science-fiction d’auteur.

9- Rubber. L’OFNI surréaliste de Quentin Dupieux méritait sa place dans ce classement malgré ses nombreux défauts. Prime à l’originalité, à la folie, à l’audace perpétuelle. Premier (et surement) dernier film sur les pneus psychopathes, Rubber est une vraie proposition de cinéma.

8- Dragons. La présence de ce dessin animé peut surprendre. En ces temps où même Pixar réalise les suites de ses succès, on apprécie la prise de risque de Dreamworks. Film d’aventure à la tonalité essentiellement dramatique, Dragons ose raconter une histoire au premier degré et met sa splendeur visuelle au profit d’un scénario original émouvant.

7- Kaboom. Greg Araki est un cinéaste taré dont les œuvres sentent la prise de LSD. Kaboom est en quelque sorte un best-of de ses trips visuels avec son humour trash et le grand n’importe quoi du scénario qui se termine dans un apocalypse joyeux. Totalement gratuit mais tellement plaisant. Du très bon cinéma indépendant.

6- Ces amours là. Un film cinéphile par excellence, déclaration d’amour en forme d’hommage au cinéma. Des acteurs encore peu connus, une musicalité permanente et une fougue romantique qui rappelle que Lelouch n’a jamais perdu la flamme. Du romanesque pur comme on n’en fait plus.

5- Simon Werner a disparu. Lâché par son distributeur lors de sa sortie, Simon Werner révèle pourtant de très bonnes qualités de mise en scène et d’écriture. Construit comme Elephant , Simon Werner est une comédie dramatique qui bouscule les genres et déroule son scénario malin vers une tonalité de plus en plus mélancolique soulignée par la musique de Sonic Youth. Un très beau moment de cinéma.

4- Kick-Ass : film hommage à l’univers des comics, Kick-Ass séduit par son premier degré évitant le piège de la parodie gratuite. Visuellement implacable et doté d’un scénario solide, le film est un cadeau pour une génération bercée par les super héros. Grâce à une tension dramatique inattendue, Kick-Ass scotche, amuse et émeut.

3- Entre nos mains. Mariana Otero rappelle qu’un bon documentaire est avant tout un film à part entière avec un scénario, des acteurs et une émotion. Véritable utopie sociale sur l’émancipation des ouvriers, Entre nos mains est un vrai film politique qui ose l’optimisme malgré la gravité de son propos. Drôle, instructif et émouvant, le meilleur manifeste pour l’autogestion en coopérative.

2- Mammuth. Le meilleur du duo Delépine/Kervern, alliant la subtilité de l’ogre Depardieu à un univers poético-social granuleux dont la mélancolie nous marque au plus profond. Voyage initiatique sur fond de mise à la retraite, Mammuth est un vrai film d’auteur au sens le plus noble du terme. Du cinéma différent à la tonalité propre. Une vraie liberté.

1- L’arbre. Un des films les plus pudiques et donc le plus émouvant sur le difficile thème du deuil. Une émotion vraie bercée par des paysages australiens désertiques irréels et la nature comme personnage à part entière. Julie Bertuccelli sait imposer une torpeur profonde tout en maintenant la tension du récit. Ce voyage vers l’acceptation de la perte de l’être proche est lumineux et apaisant. Tout simplement beau.

 

La suite de nos préférences ICI!

 

Elijah Wood reprendra bien son rôle de Frodon dans Le Hobbit de Peter Jackson
Le meilleur de 2010 : nos films préférés, 2e opus
Gilles Herail

2 thoughts on “Le meilleur de 2010 : nos films préférés, 1er opus”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *