Cinema

Le festival Zoom Arrière diffuse des films interdits

Le festival Zoom Arrière diffuse des films interdits

16 janvier 2012 | PAR Clementine Athanasiadis

Pour la 6ème édition du festival Zoom Arrière, la cinémathèque de Toulouse  consacre sa programmation aux œuvres cinématographiques qui ont été interdites. Du 9 au 17 mars 2012, le festival proposera projections, ciné-concerts, rencontres, expositions et une programmation Spéciale Jeunes, en présence de nombreux invités.

Les films interdits, nom de cette édition du festival Zoom Arrière, a sélectionné des films emblématiques qui ont été interdits, censurés, retirés, coupés ou rendus invisibles. Parmi ces œuvres qui ont connu des déboires on peut citer La Religieuse de Rivette, Un chant d’amour de Genet, Zéro de conduite de Vigo, L’Âge d’or de Buñuel, Au feu les pompiers de Milos Forman, Le Corbeau de Clouzot, L’Empire des sens d’Oshima, L’Essayeuse de Korber, Je vous salue Marie de Godard, Ma 6-T va craquer de Richet, Le Pré de Béjine d’Eisenstein, Salò de Pasolini, ou encore La Dernière Tentation du Christ de Scorsese.

Ces films ne seront pas diffusés selon leurs époques ou leurs pays d’origines, mais suivant des axes précis permettant la réflexion et l’analyse. Il sera notamment question des problèmes qu’un film a rencontré au moment de sa production ou de sa distribution, des agents qui ont entravé leur réalisation comme l’Etat, la profession cinématographique ou la société et enfin les formes d’interventions qui ont empêché le film de paraitre comme les pressions, les interdictions…

Le festival Zoom Arrière fera un focus sur des courants et artistes spécifiques représentatifs de cette censure. Jafar Panahi, réalisateur iranien qui a été interdit de tourner des films, (voir notre article) est mis à l’honneur. Trois de ses œuvres seront diffusées lors d’une soirée exceptionnelle ; Le ballon blanc, Le cercle et Hors-jeu. Les  films pornographiques qui connaissent certainement plus que les autres œuvres la censure, seront également mis à l’honneur. Au programme, entres autres, Derrière la porte verte, Bananes mécaniques et L’Essayeuse, film non seulement classé X mais condamné à être brûlé après une plainte posée par des associations de familles. Un programme bien entendu interdit aux moins de 18 ans. Zoom également sur les « Films lapins » avec un programme de films est-allemand, interdits dans les années 60 et 70. Une sélection de films rares et souvent très peu connus car jamais distribués en France. Ils sont appelés « Films lapins » du nom du premier de ces films interdits : C’est moi le lapin (Das Kaninchen bin ich) de Kurt Maetzig. Et puis enfin, le festival rend hommage aux films sur la guerre d’Algérie, des œuvres qui ont été marquées par la censure de l’Etat français.

L’édition précédente consacrée au thème de l’Antiquité, avait réuni près de 10 000 spectateurs. Parions que la 6ème édition sera aussi forte de son succès. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel

On est tous portés sur la question de Sébastien Azzopardi
Vuitton-Kusama : une collaboration qui tombe à pois
Clementine Athanasiadis

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *