Cinema

L’avant-première de Copacabana fait sourire Paris Cinéma

06 juillet 2010 | PAR Yaël Hirsch

Mardi 6 juillet, Isabelle Huppert et sa fille Lolita Chammah étaient aux côtés de leur réalisateur, Marc Fitoussi (« La vie d’artiste », 2007) et de leur productrice Caroline Bonmarchand pour la présentation émue de la dernière avant-première du film, qui sort aujourd’hui. La salle B du MK2 était comble avant la projection, et comblée après cette jolie histoire d’amour entre une mère excentrique et sa fille ballottée. Dans le rôle de la maman néo-hippie, Isabelle Huppert casse l’image de femme rigide et tordue dans laquelle les réalisateurs fascinés l’avaient enfermée, et joue aux côtés d’une sacrée équipe de comédiennes (Aure Attika, Noémie Lvovsky) parmi lesquelles, sa fille, absolument parfaite.

Babou (Isabelle Huppert, méconnaissable en mini-jupes verte et collants violets) est une femme libre, qui a roulé sa bosse sur plusieurs continent mais est revenue à Tourcoing avec sa fille, Esmeralda, 22 ans. Ayant pas mal souffert de son enfance ballottée, cette dernière rêve d’une vie plus rangée, entre ses études de lettres modernes et son petit copain commercial. Elle décide d’ailleurs de se marier, ce qu’elle avoue avec difficulté à sa mère, en même temps qu’elle lui demande de ne pas assister au mariage… pour ne pas lui faire honte devant sa belle-famille. Très secouée par ce rejet de sa fille, Babou décide de lui prouver qu’elle peut garder un emploi. Elle embarque la voiture de son ex-meilleure amie (Noémie Lvovsky) à Ostende, où on lui propose un poste de représentante immobilière. La cohabitation avec les autres vendeurs recrutés pour vendre par tranches d’années les appartement encore en travaux d’une grande résidence n’est pas facile. Mais Bambou reste bambou, et elle copine vite avec des locaux : un groupe d’amis dans un bar parmi lesquels elle se trouve un fiancé docker, et un jeune couple de sans-abris et leur chiens. Les conseils de ses nouveaux amis aident Bambou à être, contre toute attente, une vendeuse très efficace. Ces succès l’isolent des autres vendeurs et la rapprochent de leur chef (Aure Attika). Mais si au premier abord, la vive et vivante Babou est un rayon de soleil original, sa difficulté à s’attacher et à faire attention aux autres posent les mêmes problèmes avec ses nouvelles relations qu’avec sa fille…

Comédie de l’été, « Copacabana » est original, juste sur bien des aspects des relations mère-fille, fait voyager dans le nord et pose la question du non-conformisme et de ses conséquences.De la flamboyante Huppert qui semble ravie de rompre les amarres avec les rôles sculpturaux et glaciaux qui lui étaient réservés, à Aure Attika, parfaite en sous-cheffe accro à son petit copain pénible, en passant par Lolita Chemmah dont chaque apparition est d’une justesse très prometteuse, le film est porté par un casting absolument parfait où chacun et chacune à sa place. A voir en rêvant du Brésil et d’un monde aussi coloré que celui que propose Bambou.

« Copacabana » de Marc Fitoussi, avec Isabelle Huppert, Lolita Chemmah, Aure Attika, Chantal Banlier, Noémie Lvovsky, et Jurgen Delnaet, France 2009, 1h47, sortie le 7 juillet 2010.

Infos pratiques

Soirée Rockin’ the Mix au Scopitone, mercredi 7 juillet
Gagnez 10×2 places pour la Soirée OH OUI ! feat. ELIO RISO (SPAC IBIZA) au le samedi 17 juillet
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “L’avant-première de Copacabana fait sourire Paris Cinéma”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *