Cinema
L’agenda cinéma du 25 septembre !

L’agenda cinéma du 25 septembre !

25 septembre 2019 | PAR Chloé Coppalle

Cette semaine, la rédaction vous a concocté une nouvelle sélection de 7 sorties cinéma qui ponctueront cette semaine du 25 septembre ! Bonnes séances !


La rétrospective Josef von Sternberg

Josef von Sternberg est un cinéaste austro-américain né en 1894 à Vienne. Arrivé aux Etat-Unis en 1901 avec sa mère pour suivre sont père qui s’y était installé depuis 1896 pour trouver du travail. Revenus à Vienne en 1904 pour repartir pour New York en 1908, il découvre le cinéma vers vingt ans, quand il est embauché dans une usine cinématographique pour réparer et nettoyer les bobines. Il travailla notamment beaucoup avec Marlène Dietrich. Grand réalisateur de cinéma muet, son travail est à découvrir à la Fondation Pathé jusqu’au 18 octobre.

Dates : du mercredi 25 septembre au 18 octobre 2019
Lieu : Fondation Seydoux Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris
Informations : http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/actu_cycle_sternberg


Ceux qui travaillent, d’Antoine Russbach 

Prix du public du Festival d’Angers, le film raconte l’histoire de Frank, cadre d’une entreprise de navires qu’il gère depuis 15 ans. Mais après avoir pris une décision qui lui sera fatale, il se retrouve au chômage. Pour ce supérieur accro au travail, l’arrêt de toute activité professionnelle sera très dure à gérer. Un film qui parle des difficultés du monde de l’emploi. 

Ne croyez surtout pas que je hurle, de Frank Beauvais

Pour ce long métrage, Frank Beauvais raconte l’histoire d’une rupture en 2016 qui le plonge dans une mélancolie profonde. Au cours de cette période, il visionne un nombre de films très important, entre 4 et 5 films par jours. Ce flot d’image découpées et reconstituées lui permet de raconter son histoire.

Rambo : last blood, d’Adrian Grunberg

Pour ce cinquième opus de la sage Rambo, Sylverster Stallone reprend le rôle de John Rambo, ancien vétéran du Vietnam, qui s’attaque cette fois-ci à un cartel mexicain pour sauver la fille d’un de ses amis.

Au nom de la terre, d’Edouard Bergeon

En rentrant des Etat-Unis à l’âge de 25 ans, Pierre reprend la ferme familiale, que son père a décider de lui vendre, ne voulant pas lui léguer son bien. Le film parcourt le temps et arrive vingt ans plus tard. La ferme et la famille se sont agrandies, la vie suit son cours, mais les difficultés liées au métier ce sont elles aussi développées : entre la fatigue et les problèmes financiers, Guillaume Canet incarne un personnage qui livre la réalité d’une profession sous-protégée.

Downton Abbey, de Michael Engler

Propriétaires d’un impressionnant domaine du début du XXème siècle, la famille Crawley se prépare à accueillir la royauté anglaise. Adaptation cinématographique de la série du même nom, le public aura le plaisir de retrouver Maggie Smith, connue pour son rôle du professeur McGonagall !

Bacurau, de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles

Prix du jury au festival de Cannes, ce film brésilien raconte l’histoire d’un village nommé Bacurau, qui disparaît de la carte suite à la mort de Carmelita, alors âgée de 94 ans. Depuis que le village est en deuil, de nombreuses choses étranges étonnent les habitants. Voir notre article cannois ici.

 

Visuel : ©Affiche du film Ceux qui travaillent, d’Antoine Russbach, 1h45, Condor distribution, sortie le 25 septembre 2019

Mariko Ichikawa réinterprète le kimono
La Descente d’Orphée aux Enfers au Festival d’Ambronay, véritable montée céleste pour le public
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *