A l'affiche
L’agenda cinéma de la semaine du 8 juillet 2020

L’agenda cinéma de la semaine du 8 juillet 2020

08 juillet 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Cette semaine au cinéma : thrillers haletants, comédies et plongées dans l’intime, il y en a pour tous les goûts avec des premiers films et des reprises des plus grands maîtres du cinéma ! 

 

Lucky Strike de Yong-hoon Kim 

Pour son premier film, le réalisateur coréen Kim Yong-hoon nous présente un excellent thriller au casting léché, illustre dans son pays (Jeon Do-yeon, Jung Woo-sung, Bae Seong-woo), que nous avions pu découvrir dès la réouverture des cinémas dans la nuit du 22 juin. L’histoire ? Dans la ville portuaire de Pyeongtaek, à 70 km de Séoul, une demi-douzaine de personnages tournent autour d’un sac Louis Vuitton rempli de billets qui va bouleverser leur destin. Ils jouent leur vie, sans hésiter à mettre en danger, voire à achever celle des autres. Et surtout sans savoir exactement quels fils se nouent et se tordent au-dessus de leurs têtes. Rythme parfait, glamour et ironie inspirés, humour subtil et suspense maintenu, tous les ressorts de ce film réjouissent. À ne pas manquer ! 

 

Chained de Yaron Shani 

Le réalisateur israëlien, découvert avec l’âpre et magistral film choral Ajami (récompensé par le jury de la Caméra d’Or 2009), revient avec non pas un, mais deux films qui nous plongent dans l’intimité d’un couple en Israël aujourd’hui, entre fiction et documentaire. Le premier volet suis le point de vue de Rashi, policier consciencieux et expérimenté, qui se rend compte que sa femme, Avigail, lui échappe. Histoire d’un homme solitaire, le film sonde une forme de masculinité et puise dans le vécu de l’acteur, Eram Naim, pour nous faire ressentir toute son intensité. La perspective d’Avigail, jouée par Stav Almagor, sera à retrouver le 15 juillet dans Beloved

Retrouvez l’interview du réalisateur Yaron Shani par Toute La Culture. 

 

L’envolée de Eva Riley

Premier long-métrage prometteur, le film d’Eva Riley raconte les espoirs et les déceptions de Leigh, adolescente dans la banlieue de Brighton dont le quotidien, marqué par l’absence de son père et la passion pour la gymnastique, est bouleversé par l’arrivée d’un demi-frère, Joe, qui l’initie avec bonne humeur au petit brigandage. Leigh s’ouvre à de nouvelles libertés, accompagnées avec justesse par les deux jeunes acteurs, Alfie Deegan (Joe) et Frankie Box (Leigh), totalement amateurs. 

Lisez la critique de L’envolée par Toute La Culture

 

Celles qui chantent de Jafar Panahi, Segei Loznitsa et Karim Moussaoui 

La scène digitale de l’Opéra national de Paris 3e scène a proposé à quatre artistes, Julie Deliquet, Sergei Loznitsa, Karim Moussaoui, et Jafar Panahi de réaliser des courts-métrages sur le chant et la musique. Il en ressort un très beau film à quatre voix, qui brille par sa diversité, qui aurait dû être présenté à Cannes cette année. Film varié et sensible, il donne à voir le monde de chanteuses d’un village iranien au Palais Garnier, en passant par l’Algérie. 

Lisez la critique de Celles qui chantent par Toute La Culture

 

Malmkrog de Cristi Puiu

Dans ce huit-clos philosophique remarquable, Nikolai, grand propriétaire terrien, homme du monde, met son domaine à la disposition de quelques amis, organisant des séjours dans son spacieux manoir. Pour les invités, parmi lesquels un politicien et un général de l’armée Russe, le temps s’écoule entre repas gourmets, jeux de société et d’intenses discussions. Tandis que les différents sujets sont abordés, chacun expose sa vision du monde, de l’histoire, de la religion. Les heures passent et les esprits s’échauffent, faisant un certain écho à des problématiques toujours actuelles. 

 

Tout simplement noir de Jean-Pascal Zadi et John Wax

JP (Jean-Pascal Zadi), un acteur raté de 40 ans, décide d’organiser la première grosse marche de contestation noire en France, mais ses rencontres, souvent burlesques, avec des personnalités influentes de la communauté et le soutien intéressé qu’il reçoit de Fary, le font osciller entre envie d’être sur le devant de la scène et véritable engagement militant…

Tentez de gagner 2 places pour Tout simplement noir avec Toute La Culture ! 

 

Festivals

Du 8 juillet au 27 août aura lieu le 1er Festival du film de Porquerolles. Un festival de cinéma en plein air, gratuit et destiné au grand public. Imaginé et créé pendant le confinement, et respectant les mesures barrières ! Chaque jeudi à partir de 20h dans les jardins de la Fondation Carmignac. Les séances sont gratuites mais sur réservation (par mail). 

Retrouvez toutes les informations sur le site du festival : http://porquerollesfilmfestival.com

 

Réouverture du Forum des images 

Le 9 juillet, les espaces et salles de cinéma du Forum des images rouvrent leurs portes ! La présentation du programme de la saison 2020/2021 aura lieu le jeudi 9 juillet à 18h30 en salle ou en virtuel sur Facebook, Youtube et sur le site internet. Pour les spectateurs en salle de cinéma, la présentation de saison sera suivie de la projection du grand classique de Jean Renoir, Partie de campagne. Réservez ici dès maintenant votre place en salle gratuite pour la soirée de réouverture. 

 

Reprises

Crash de David Cronenberg chez Carlotta films

C’est peut-être le film le plus dérangeant de David Cronenberg. Adapté du roman de 1973 signé J.G. Ballard, Crash dresse un parallèle troublant entre circulation & accidents de la route et la sexualité du couple Ballard. Prix du Jury ayant défrayé la chronique et divisé le fameux jury présidé par Coppola en 1996 à Cannes, Crash revient sur nos écrans grâce à Carlotta dans une restauration qui met en valeur son classicisme hitchcockien. 

Lisez la critique de Crash par Toute La Culture

 

The Hit de Stephen Frears chez Splendor films

The Hit, traversée folle de l’Espagne qui révèle le réalisateur Stephen Frears au grand public avant même My Beautiful Laundrette (1985), ressort sur nos écrans ce mercredi. Road-movie lancinant avec Terence Stamp, John Hurt et Tim Roth, sur une musique signée Paco de Lucia, les paysages sont magnifiques et le tout est joliment maîtrisé. À voir, notamment pour les fans des acteurs et du maître anglais. 

Lisez la critique de The Hit par Toute La Culture

 

Visuel : Affiche Chained/ Beloved

Littoral : les suppliantes de Wajdi Mouawad à la Colline
Faut il lire l’auto-biographie de Woody Allen ?
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *