A l'affiche
L’agenda cinéma de la semaine du 29 juin

L’agenda cinéma de la semaine du 29 juin

29 juin 2022 | PAR Zoe Grandjacques

C’est mercredi, c’est l’agenda ciné. Au programme des polars, des amitiés féminines et de l’amour sous toutes les formes.

Decision to leave 

Après le fracassant Oldboy, le subtile Mademoiselle ou le sublime Lady Vengeance, le réalisateur coréen Park Chan-Wook présente Decision to leave, entre mélodrame et polar. Un détective chevronné enquête sur la mort d’un homme mais tombe sous le charme de sa veuve alors qu’il est encore indécis sur la culpabilité de cette dernière dans cette affaire. Un film qui nous avait laissé sur notre faim lors de sa présentation à Cannes.

Cahiers noirs

En hommage à sa sœur, Ronit Elkabetz, décédée d’un cancer, Shlomi Elkabetz déploie non pas un mais deux long-métrages mêlant archives familiales et extraits de cinéma pour dresser un portrait intime et touchant. 

Entre la vie et la mort

Leo Castaneda (Antonio de la Torre) est conducteur de métro, un soir il voit un homme ensanglanté s’approcher des rails, alors qu’il reconnait son fils, ce dernier se jette sous le train et décède. Leo décide alors de tirer au clair les implications dans la mort de son fils. Un polar français pas inintéressant mais quelque peu déstructuré

Le bruit du dehors

L’inclassable Ted Fendt qui réalise des films en pellicule avec ses amis, des acteurs non professionnels, sort un moyen-métrage à son image, singulier. Le bruit du dehors ne parle de rien ou plutôt il parle d’errance et d’amitié féminine en faisant mine de ne parler de rien. Le tout avec des plans sublimes et millimétrés. Un drôle de film à la distribution hybride, en salles ou en VOD, à ne pas manquer. 

« As tears go by » et « Nos années sauvages »

Les deux premiers films du petit frère mélancolique de la nouvelle vague Honkongaise, Wong Kar-wai, sont de retour en salles en version restaurée. Une histoire de gangster, inédite en France, et un drame sentimental désenchanté à découvrir en 4k. 

© Affiche As Tears Go By

 

Vladislav Davidzon : « J’ai brûlé mon passeport russe au début de la guerre »
Mozart, une journée particulière, le 12 Novembre 1797
Zoe Grandjacques

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture