Cinema

La tête en friche, l’illettrisme à visage humain

04 juin 2010 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur d' »Elisa » et des « Enfants du marais » retrouve Gérard Depardieu pour un grand film Français digne des chefs-d’œuvre de son papa, Jacques Beceker. Un dialogue scintillant et émouvant entre un homme mûr un peu simple et une vieille dame folle de livres sur un banc d’une ville de Province… A voir sans modérer l’usage enthousiaste de sa boîte de kleenex.

Germain (toujours incroyable Gérard Depardieu) est un homme de quarante-cinq ans souffrant d’avoir toujours été considéré comme « le béret » (ie l’idiot) du village, et palliant son illettrisme par l’amour du jardinage, l’amitié et une belle et simple histoire d’amour avec une jeune-femme chauffeur de bus (lumineuse Sophie Guillemin). Tous les jours, il va déjeuner au parc où il compte les pigeons. Il leur a même donné un nom à chacun! Cette attention pour les animaux qui l’entourent lui permet de rencontrer une vieille dame solitaire, perchée comme un moineau sur son banc, et toujours un livre en main : Margueritte (merveilleuse Gisèle Casadesus). Celle-ci l’appelle « jeune-homme » et sait voir la perle qui sommeille sous l’apparence un peu lourde de Germain. Elle se met à lui lire à voix haute Albert Camus et Romain Gary et, lui montrant combien une écoute attentive est à la racine même de tout bon lecteur, elle réussit là où tous les instituteurs de l’école républicaine ont échoué. Transformé, Germain se met à citer le panthéon de la littérature française devant ses camarades de bar, un peu étonnés. Une véritable histoire d’amour filial naît entre Germain et Margueritte. Et le jour où celle-ci lui annonce qu’elle perd la vue, Germain décide d’affronter son pire ennemi : la difficulté de lire, pour pouvoir continuer de traverser mots et phrases en compagnie de sa nouvelle amie.

Court, incisif et plein d’amour de l’homme et du monde, sans jamais tomber dans le sentimental, le film « La tête en friche » a un petit côté suranné qui rappelle l’âge d’or du cinéma français. Avec ce qu’il a de meilleur : des dialogues étincelants, adaptés par Jean-Loup Dabadie et Jean Becker du roman de Marie-Sabine Roger, une galerie de personnages extrêmement touchants (la vieille dame fière et solitaire, la patronne de bar amoureuse d’un jeune homme infidèle et jouée par la délicieuse Maurane, la mère dure et têtue enfermée dans son passé et la musique de Luis Mariano, et bien sûr le très touchant cancre-crème Germain), une musique signée Laurent Voulzy, et des comédiens absolument remarquables (avec également François-Xavier Demaison en amant profiteur et violent). On en sort le cœur serré et bondissant d’émotion, avec une nostalgie constructive pour la simplicité de relations profondes qui ne passent pas seulement par le fil complexe des mots mais aussi par des gestes simples : offrir du fenouil, des fleurs, un dictionnaire, s’occuper au jour le jour de l’autre, ou mettre de l’argent de côté pour ses enfants. A voir absolument.


« La tête en friche », de Jean Becker, avec Geneviève Casadesus, Gérard Depardieu, Maurane, Sophie Guillemin, François-Xavier Demaison, et Jean-François Stévenin, France, 1h22, sortie le 2 juin 2010.

Les soundtracks de Twilight 3 dévoilées
Le 10 juin, la Flèche d’Or donne carte blanche à Bertrand Belin
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “La tête en friche, l’illettrisme à visage humain”

Commentaire(s)

  • lebreton

    un film fomidable à ne pas manquer,tout est réuni pour obtenir un film d’une grande qualité, il faut signaler aussi la qualité des dialogues, le choix des acteurs, à recommander sans faute

    juin 10, 2010 at 18 h 06 min
  • Popo

    Absolument pas d’accord. Film bourré de condescendance, qui n’arrive absolument pas à décoller. ok il y a quelques bons moments et les acteurs sont bons, comme toujours. mais dans le genre « regardons les classes populaires grâce à Depardieu », Mamuth est bien plus réussi. La tête en friche = le film bobo typique qui se fait plaisir en regardant le bas peuple, mais à quel prix…

    juin 13, 2010 at 17 h 32 min
  • GERARDIN

    Bonjour,

    dans le cadre de la célébration du trentenaire de l’association « Animation sur la Place » à Phalsbourg .57, il est prévu de projeter le dernier film de monsieur DEPARDIEU «  »la tête en friche » dont le sujet est tout à fait conforme dans ce que l’association créée et réalise, y compris qu’elle projette des films, toutes les semaines, depuis 30 ans;

    Nous souhaiterions qu’une des personnalités (Acteurs, auteur, metteur en scène, etc.) puisse nous faire une présentation lors de la projection en fin novembre prochain;

    pouvez-vous m’aider dans cette démarche?

    Cordialement,

    septembre 26, 2010 at 15 h 09 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *