Cinema
La revue Trafic fait son cinéma à Beaubourg

La revue Trafic fait son cinéma à Beaubourg

04 janvier 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Centre Pompidou invite la revue Trafic à faire son cinéma à travers un cycle de vingt films. Cette programmation, qui fête les 20 ans de la revue, est un humble manifeste de pensée et d’écriture critique.

Alain Seban, directeur du centre qualifie la revue d’ « Incomparable » :  « Trafic l’a d’abord été dans son projet même, tel que l’a défini Serge Daney avec Raymond Bellour, Jean-Claude Biette, Sylvie Pierre et Patrice Rollet. Il s’agissait d’y penser avant tout la mutation et la migration des images, le passé, le présent et le devenir d’un cinéma en profond renouvellement. Bref, ce que Raymond Bellour a appelé, à l’occasion d’une exposition mémorable au Centre Pompidou en 1990, les « passages de l’image ». »

Trafic a proposé à vingt auteurs, cinéastes, critiques, philosophes, écrivains, historiens d’art, essayistes, de choisir et de présenter un film né au fil de ces vingt ans, un film-signe auquel ils consacrent  également un texte dans le numéro 80 « spécial anniversaire » de la revue.

L’exercice permettra de revoir des films cultes, tels Crash de David Cronenberg ou  L’Homme sans passé d’Aki Kaurismäki, mais aussi des documentaires, par exemple, le remarquable  Craneway event de Tacita Dean qui en 2008 a filmé Merce Cunningham (1919-2009) et sa compagnie de danse répétant pour un événement dans une ancienne usine d’assemblage Ford conçue par Albert Kahn à Richmond en Californie.

A chaque séance, une par jour en semaine et deux le weekend, le film est présenté et commenté par des spécialistes. L’écrivaine Leslie Kaplan accompagnera L’Homme sans passé, vendredi 20 janvier , Le Rêve de Cassandre de Woody Allen est proposé par Marie Anne Guerin, ancienne critique aux Cahier du cinéma ,lundi 23 janvier.

Le festival sera l’occasion d’une parution, Numéro anniversaire de la revue, avec les textes des auteurs invités sur les 20 films qu’ils présentent au Centre Pompidou.

 

 


Elections au Sénégal: Youssou N’Dour, un candidat à part
Festival Onze: marionettes et formes manipulées
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture