Cinema

La rentrée du Forum des Images

06 septembre 2011 | PAR Coline Crance

Nouvelle rentrée pour le Forum des Images ! Le programme est comme à son habitude extrêmement variés et riches pour tous les cinéphiles. Depuis le 2 septembre, l’étrange festival bat déjà son plein ( voir notre annonce)  et de nouvelles rétrospectives avec des thèmes toujours plus originaux sont à l’oeuvre. Petit récapitulatif des évènements à venir…

 

17è édition de l’Etrange Festival du 2 au 11 septembre :

À l’occasion de sa 17e édition, L’Étrange festival propose, cette année encore, un festin gargantuesque composé des meilleures pellicules glanées aux quatre coins de la planète mais aussi le grand retour de nuits tapageuses et de ciné-concerts exclusifs au sein même du Forum des images. Rendez-vous pour des découvertes cinématographiques hors normes et autres images époustouflantes… ( Notamment un film inédit de Koji  Wakamatsu  Piscine sans eau.)

A noter :

Le festival renoue avec des expériences musicales inédites avec 2 cinéconcerts exceptionnels. Marc Caro crée en direct la bande-son du court métrage Le Bunker de la dernière rafale, qu’il a coéralisé en 1981 avec Jean-Pierre Jeunet. Le groupe expérimental et électro, Tuxedomoon, offre une nouvelle version musicale du mythique chef-d’oeuvre du cinéma gay Pink Narcissus.

 

Cycle des habits et des hommes du 14 septembre au 30 novembre 2011 :

 » Les vêtements véhiculent les codes d’une époque, d’une culture, d’une génération, d’une classe sociale. Couvrir ou dénuder son corps, se protéger ou s’offrir au regard d’autrui obéissent autant à une nécessité physique qu’à des préceptes moraux ou religieux. Ces pratiques s’inscrivent dans le domaine esthétique et remplissent une fonction symbolique ou métaphorique. Le cinéma est un remarquable révélateur de ces codes et sait aussi en jouer, voire inventer sa propre grammaire, tant pour construire ses personnages que pour magnifier son spectacle. Le statut de l’habit – qui fait le moine (mais pas toujours) – est au cinéma (comme il l’était initialement au théâtre) celui de la parure et de l’ornement. Le costume invite au jeu des apparences, à distinguer, à confondre et transgresser les genres du masculin et du féminin, à créer des stéréotypes ou à s’en écarter : il fait partie intégrante de l’art de l’acteur et est un élément moteur du principe de fiction. »

Du 14 septembre au 30 novembre, le Forum des images réunit quelque 120 films en décortiquant la manière dont le 7e art expose la variété des pratiques vestimentaires et utilise certaines d’entre elles à des fins dramatiques. Les films du mois de septembre seront centré sur la thèmatique du travestissement, les hommes qui se déguisent en femme ou inversement. Quelques grands classiques seront à l’honneur, tels que Alfred Hitchcock Murder, Howard Hawks Allez coucher ailleurs, Serge Bozon La France, Ed Wood Glen or Glenda, ou encore George Cukor Sylvia Scarlett, Reinhold Schünzel Viktor und Viktoria ( dont Blake Edwards réalise le remake en 1982). 

A noter dans le cadre du cycle :

Le Forum des images a le plaisir d’ouvrir le cycle avec la projection en avant-première du film L’Apollonide, souvenirs de la maison close de Bertrand Bonello, en présence de l’équipe du film, mercredi 14 septembre à 20h00. 

 

Le samedi 17 septembre à 18h00 : journées du patrimoine , rencontre avec Pierre Pinon :

À l’occasion de la sortie du très bel ouvrage Paris détruit (Éd. Parigramme), le Forum des images organise une rencontre avec son auteur, Pierre Pinon, suivie de la présentation d’extraits de films de la collection parisienne entrant en écho avec le livre. Pour mieux comprendre pourquoi Paris a été affectée en profondeur par des destructions volontaires.

Master Class de Jerry Schatzberg animé par Pascal Mérigeau le jeudi 19 septembre à 19h00 :

Réalisateur et scénariste américain, Jerry Schatzberg s’est d’abord imposé à partir des années 50 comme l’un des plus brillants photographes de mode. Il est considéré comme l’un des artisans majeurs de la renaissance du cinéma américain des années 70. Son oeuvre traduit les désillusions de l’Amérique libérale et s’inscrit dans un style réaliste. Il est notamment le réalisateur de Panique à Needle Park et de L’Épouvantail, avec Al Pacino, qui remporte le Grand Prix au Festival de Cannes, en 1973.

 

 

Max Gallo, Caïn et Abel, le premier crime
Le jeune Marien Defalvard signe un premier roman talentueux
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *