Cinema

La Reine des pommes, une comédie française pas idiote chez MK2

28 juin 2010 | PAR Yaël Hirsch

MK2 éditions sort en ce début du mois de Juillet le premier long métrage de Valérie Donzelli, connue du grand public pour son rôle de Jeanne dans la série « Clara Sheller ». Une comédie très française, qui revisite avec une ironie mordante la légende de la ravissante naïve attendant son peux chevalier…

La belle Adèle (Valérie Donzelli) est desepérée : son chéri beau et torturé (Jérémie Elkaïm qui joue tous les rôles d’amants et d’amoureux) l’a quittée. Sans travail, sans appartement, elle est recupérée en miette par une voisine espagnole qui la met dans les pattes de sa tante, Rachel (fantastique Béatrice de Staël). Mais si celle-ci accepte de l’héberger, elle doit partir travailler ; elle laisse donc la belle en chagrin d’amour dans les bras d’un jeune étudiant sur un banc des Buttes Chaumont. Celui-ci tombe amoureux d’elle, mais Adèle le délaisse pour trouver un travail : baby sitter des enfants de la patronne de sa tante. Evidemment, le papa, Jacques, n’est pas insensible au charme de l’ingénue spécialiste des heures sup’.  Eencouragée à coucher avec d’autres hommes pour se remettre de son chagrin d’amour, Adèle accepte une aventure. Mais jouir pour la première fois avec un homme marié et qu’elle n’aime pas est un traumatisme… Et l’affaire lui coûte finalement son emploi. Heureusement, toujours dans le parc, elle connaît le coup de foudre pour Paul, un inconnu rebelle et  pervers. Cette éducation sentimentale tardive et accélérée ne va-t-elle pas se terminer en catastrophe?

Divinement naïve et belle, l’Adèle imaginée et incarnée par Valérie Donzelli a tous ses pieds dans le même sabot. Pour notre plus grand plaisir… Du coup, elle doit tout apprendre des autres et on se régale des lieux communs sur les relations amoureuses débités par la tante, autant que des aventures rocambolesques d’une plus si jeune fille, mais toujours présentée comme très pure. Les deux chansons du film- loin du titre éponyme de Lio- lui donnent un tour très « comédie musicale » à la Jacques Demy, tandisque l’argent, et les contigences matérielles passent derrière les questions existentielles, à la Rohmer. Résolument marqué « film français », « la Reine des pommes » a des dialogues très chiadés à la Christophe Honoré, mais Valérie Donzelli a oublié de se prendre au sérieux, et cela fait un bien fou. Adèle n’a pas besoin de nous éblouir de beau verbe pour nous toucher, et le culot de la réalisatrice – qui n’hésite pas à pousser son héroïne dans certaines contrées taboues du désir sans épicer sa nunucherie – est mille fois gagnante. Enfin, aue Jérémie Elkaïm joue les 4 rôles d’amants est absolument hilarant, et les cinéphiles reconnaîtront quelques réalisateurs parmi les figurants : Serge Bozon, Diminique Moll, et Gilles Marchand.

En bonus, ne manquez pas le court métrage qui a donné envie à Valérie Donzelli de faire la « Reine des Pommes » : « Il fait beau dans la plus belle ville du monde » (2008, 12 min).

« La reine des Pommes », de Valérie Donzelli, avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, Béatrice de Staël, France, sortie le 24 février 2010, Mk2 éditions, sortie Dvd le 7 juillet 2010, 19,99 euros.

Petit tour à Solidays : sous le soleil exactement
Gagnez 10 livres de Joey Goebel, The Anomalies (Eho)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “La Reine des pommes, une comédie française pas idiote chez MK2”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *