Cinema

La Pecora Nera d’ Ascanio Celestini, déroutant et émouvant

25 mars 2011 | PAR Coline Crance

La Pecora Nera (brebis galeuse) est un film d’Ascanio Celestini, voyage à travers l’imagination la plus folle et la réalité des craintes indicibles , ce film atypique est à découvrir en salle le 20 avril 2011.

 » L’asile est le lieu où se concentrent le plus grand nombre de saints. Saints sont les pauvres fous qui dorment sous des draps chinois, suaires de fabrication industrielle. Sainte est aussi la sœur qui, à côté de la petite lumière qui illumine sa table de chevet, brille comme un ex-voto. Mais le saint des saints, c’est le docteur, il est Jésus Christ. »

C’est dans ces termes que Nicolas raconte ses 35 ans «  d’asile électrique ». Dans son cerveau disloqué la réalité et la fiction entrent en collision et génèrent des illuminations imprévisibles. Nicolas est un homme, un petit garçon né dans les «  fabuleuses années 60 ». Élevé par son grand-mère, il s’est inventé tout un monde et il ne veut plus en sortir. Flots de paroles incessantes, Nicolas se noie dans ses pensées et dans ses rêves pour se protéger du monde qui l’entoure et qui ne le considère pas comme un individu à part entière. Emporté dans cette avalanche de mots, l’histoire de Nicolas donne naissance à des personnalités et des images multiformes. Chaque lieu devient des ambiances qui dénoncent un temps. Pecora Nera est  avant tout une déconstruction de la langue et de toutes les situations et les rencontres que la vie a logiquement codée. Mais dans ces fabuleuses années 60 où tout change à une vitesse folle, Nicolas ,lui , garde ses yeux d’enfants dénouant le sens de la réalité image après image.

 Ascanio Celestini réussit une puissante critique sociale à travers ce film. Pecora Nera est une leçon d’humanité déroutante et émouvante. Par le regard de Nicolas, le monde dépeint à l’intérieur de l’hopital psychiatrique n’est pas très différent de la réalité que vivent les gens à l’extérieur. Autour de lui, le monde est toujours plus vorace, et plus que la folie, la seule chose qui semble ne pas pouvoir se consommer est la peur. Une expérience à tenter, un film à voir.

La Pecora Nera film italien d’Ascanio Celestini, avec Ascanio Celestini, Giorgio Tirabassi, Maya Sansa, Barbara Valmorin, Luisa de Santis, durée : 1h40 sortie le 20 avril 2011.


La Pecora nera (La brebis galeuse)

 

Infos pratiques

La programmation du 65e festival d’Avignon dévoilée
La google maps des lieux de tournage du cinéma
Coline Crance

2 thoughts on “La Pecora Nera d’ Ascanio Celestini, déroutant et émouvant”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture