Cinema

La Part des Anges, un Ken Loach euphorisant

La Part des Anges, un Ken Loach euphorisant

23 juin 2012 | PAR Olivia Leboyer

Une fois de plus, Ken Loach a été primé à Cannes (Prix du Jury) ! Cette année, c’est pour une comédie ultra sympathique, pleine de fraîcheur et qui vous donnera envie de boire du whisky ! A consommer sans modération en salles dès le 27 juin.

Si La Part des Anges est bel et bien une comédie, il s’agit également, comme toujours chez Ken Loach, d’un film social et engagé. En ouverture, nous pénétrons dans l’univers des TIG, ces peines d’intérêt général infligées aux petits délinquants, à ces paumés qui n’ont d’autre distraction que la boisson, la castagne et le vandalisme. Tel Robbie, petit jeune homme frêle aux yeux d’un bleu rêveur (Paul Brannigan, très touchant), poursuivi pour coups et blessures sous l’emprise de la drogue… Seulement, Robbie est sur le point de devenir père et il commence à comprendre que sa vie doit absolument changer. Assigné à des travaux d’intérêt général, il fait la connaissance d’une petite bande de laissés pour compte, chaperonnés par un éducateur spécialisé (l’excellent John Henshaw) qui, un beau jour, les emmène en excursion : la visite d’une distillerie va ouvrir à Robbie des horizons insoupçonnés ! Comment s’en sortir quand tout paraît bouché ? Avec finesse et optimisme, Ken Loach livre ici une fable pleine d’espoir sur la débrouillardise et la solidarité entre exclus.
Très jolie réflexion sur la culture, l’élitisme, la loi du marché ( !) et, tout simplement, la découverte du beau, du bon, la formation du goût, La Part des Anges nous fait rire (grâce, notamment, à l’irrésistible Gary Maitland), nous émeut (comme tous les films de Ken Loach) et, en prime, nous donne soif !
Une triple raison de courir voir le film, sur les écrans le 27 juin !

La Part des Anges, de Ken Loach, Grande-Bretagne, 1h41, avec Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland, William Ruane, Jasmin Riggins, Roger Allam, Siobhan Reilly, Charles Maclean. Sortie le 27 juin 2012.

Christian Rizzo et La Ribot au Phénix de Valenciennes: deux esthétiques, un engagement
Punk 103 expose Catherine Ringer et les frères Guedins au Monte en l’air
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

6 thoughts on “La Part des Anges, un Ken Loach euphorisant”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *