Cinema
La défense Lincoln: un bon petit polar judiciaire comme on les aime

La défense Lincoln: un bon petit polar judiciaire comme on les aime

27 mai 2011 | PAR Gilles Herail

Succès d’estime aux Etats-Unis, La défense Lincoln a séduit le public américain friand de films de procès et de polars du samedi/dimanche soir. La critique d’un représentant du cinéma de pur divertissement, efficace et plaisant.

Synopsis officiel : Michael Haller est avocat à Los Angeles. Habile, il est prêt à tout pour faire gagner les criminels de bas étage qu’il défend. Toujours entre deux tribunaux, il travaille à l’arrière de sa voiture, une Lincoln Continental. Ayant passé la plus grande partie de sa carrière à défendre des petits voyous minables, il décroche pourtant ce qu’il pense être l’affaire de sa vie : il est engagé pour défendre un riche play-boy de Beverly Hills accusé de tentative de meurtre. Mais ce qui semblait être une affaire facile et très rentable se transforme en redoutable duel entre deux maîtres de la manipulation.

Le thriller de deuxième partie de soirée est un genre à part entière. On y compte souvent des séries presque B avec Morgan Freeman ou Anthony Hopkins. Des thrillers classiques mâtinés d’une enquête judiciaire et de scènes de procès. Les codes sont bien établis et La défense Lincoln s’en tire avec les honneurs, voire les félicitations du jury. Un avocat bling bling un peu ripou. Un fils à papa victime d’un complot ou psychopathe. Une intrigue pleine de rebondissements, des saillies verbales et le rendu final de la  justice.

Tous les ingrédients sont présents et l’on pense à La faille avec Anthony Hopkins qui avait re popularisé le film de procès auprès des spectateurs français. Avec son scénario malin, son personnage principal irritant mais attachant, ce qu’il faut de suspens et d’émotion, La défense Lincoln est ce qui se fait de mieux dans les « petits » films qui permettent aux studios de maitriser les budgets et d’assurer une rente régulière. Avec de très bons acteurs et une belle musique composée de morceaux soul et hip hop, le film de Brad Furman est un vrai plaisir de spectateur, ultra formaté mais parfaitement maitrisé. Le cinéma n’est pas toujours un art. C’est aussi un simple divertissement. Reconnaissons alors quand il est de qualité.

Gilles Hérail

La défense Lincoln, un thriller judiciaire de Brad Furman avec Matthew McConaughey, 1h58, sortie le 25 mai 2011

 

5e Salon des éditeurs indépendants du Quartier Latin les 28 & 29 mai au lycée Henri IV
Au Français, Denis Marleau plonge Agamemnon dans une nuit ténébreuse
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *