Cinema

Jagten, de Thomas Vinterberg : Le terrain de chasse étroit de la calomnie

Jagten, de Thomas Vinterberg : Le terrain de chasse étroit de la calomnie

20 mai 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur de Festen et Submarino est en compétition officielle à Cannes avec « Jagten » (« La chasse »), un film intense sur un sujet difficile : la chasse à l’homme que peut entrainer une accusation de pédophilie. Avec Mads Mikkelsen, bouleversant, dans le rôle clé du calomnié, le film est parti pour un prix !

Lucas a la quarantaine et est dans une période complexe : fraichement divorcé, il n’a pas la garde de son fils adoré. Il a aussi dû se réorienter professionnellement car l’école du village où il habite depuis l’enfance a fermé. Instituteur, il a alors accepté de travailler dans l’univers très féminin du jardin d’enfants où il s’occupe avec énergie des gosses de ses voisins et amis. Les choses semblent repartir pour lui, entre les bières chez les copains, son fils qui décide de vivre avec son papa, et une nouvelle petite amie rencontrée sur son lieu de travail. Jusqu’au jour où la fille de son meilleur ami, élève du jardin d’enfants où il travaille, l’accuse d’avoir eu des attouchements sexuels… Des lors, la machine infernale se met en branle, le soupçon pèse et ploie, et sans aucune autre preuve que les enfants disent toujours la vérité, tous les adultes du village de Lucas en font un criminel, qui attend, sans aucune information, le moment de son arrestation…

Insufflant un étouffement kafkaïen dans le quotidien très complet d’un sympathique bled danois, Thomas Vinterberg signe un très grand film, à l’esthétique réaliste, et où chaque image, même la plus poétique ou la plus violente, vient servir le propos du film et lui donner un rythme. Dans le rôle de celui que la rumeur bannit des vivants, Mads Mikkelsen est tellement performant qu’il risque bien de rafler la palme. Jamais en surjeu, il se glisse dans la mise en scène magistrale de son réalisateur. Jagten est un film violent dans ses émotions, original par son atmosphère et classique dans sa facture, qui rappelle l’intensité de la « Nuit du chasseur » ( mais en vase clos) et fait beaucoup de bien au cœur d’une sélection où nombre de réalisateurs donnent  l’impression de se regarder filmer. Lorsque Vinterberg traite un sujet aussi intemporel que la calomnie avec toute sa rigueur et son humanité, l’on se prend aux remous de l’intrigue. Enfin un peu de catharsis ! L’audience applaudit même le personnage fictionnel quand il se révolte et arrêté de se laisser martyriser.

« Jagten », de Thomas Vinterberg, avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe, Susse Wold, Anne Louise Hassing, Lasse Fogelstrøm, Danemark, 2012, 1h51. En competition.

7 femmes contre Edimbourg d’Ely M.Liebow
Après-midi espagnol à la Salle Pleyel
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

5 thoughts on “Jagten, de Thomas Vinterberg : Le terrain de chasse étroit de la calomnie”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *