Cinema

[Interview] Nathalie Bouvier : « L’idée simple est de montrer aux tout-petits des choses faites pour eux »

[Interview] Nathalie Bouvier : « L’idée simple est de montrer aux tout-petits des choses faites pour eux »

23 février 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nathalie Bouvier est chargée de production au Forum des Images, initiatrice et coordinatrice du festival Tout-Petits Cinéma à destination des 18 mois- 4 ans, qui a fermé les portes de sa huitième édition hier. 

A quel moment l’idée de vous adresser aux presque bébés est née ?
Cela fait longtemps. Dans les années quatre-vingt-dix le Forum travaillait avec « Un ciné dans le biberon » qui s’est ensuite appelé Babirama. Ils ont fait plusieurs représentations chez nous. Cela rencontrait un vif succès

Il y a t-il eu / Il y a t-il des réticences ?
Oui. On a longtemps lutté contre l’idée, notamment venant de certains psychanalystes, qu’il ne fallait pas mettre des enfants de moins de 3 ans devant des images. Hors l’époque est là et les très jeunes sont confrontés à des images qui ne leur correspondent pas ou qui sont idiotes. L’idée simple est de montrer aux tout-petits des choses faites pour eux, à partir de 18 mois, et de qualité, en invitant des artistes de spectacles vivants qui se font les passeurs de la scène à l’écran


Bande-annonce Tout-Petits Cinéma 2014 (7e édition) par forumdesimages

Quelles ont été les évolutions du festival depuis 8 ans ?

Au début on achetait des spectacles déjà existants. Après on a commencé à créer . Cela donne dans l’actualité cinq ciné /concert, ou ciné/ Chanson par an. On a tenté le conte mais cela est compliqué. La musique est un outil formidable cela les rattrape quand on perd les enfants avec les images.

Etes vous heureuse de cette édition ?

on est très heureux. On est heureux des artistes que l’on accueille. Il s’agit pour nous d’aller chercher des artistes qui ne sont pas spécialisés jeune public. Certains artistes ont peur quand on leur présente le brief : « vous jouez votre musique, ne vous bridez pas »: On n’attend pas des berceuses. Ils peuvent jouer de la batterie, nous ne sommes pas musiciens, eux oui. Nous faisons confiance aux artistes. Le conseil qu’on leur donne est d’insérer des ritournelles dans leur création. Nous sommes très heureux du succès, le festival a joué à guichet complet. Le tout-petits cinéma compte 6000 spectateurs sur seize séances.

Quelles sont les autres programmations à l’attention du très très jeune public ?

Dans le cadre de la programmation des enfants tous les samedis et le mercredis, il y a des séances pour les tout petits : programmées à 16h, qui durent entre 30 et 45 minutes. Il y a aussi le projet que ces cinés-concerts tournent. Nous avons le projet de sortir un disque pour les deux ans du festival.

[Interview] L’enfant de Bristol Tricky retrouve Paris avant de s’envoler pour Berlin
[Live report] Anicide, Lugh et Nohm Island à la Cantine de Belleville, des sons qui viennent des tripes
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *