Cinema
Indian Palace de John Madden

Indian Palace de John Madden

04 mars 2012 | PAR Melanie Bonvard

Le réalisateur de Shakespeare in love revient en force avec une comédie pleine de bons sentiments: Indian Palace. Des retraités britanniques séjournent dans un hôtel dont on leur ventait les mérites, mais qui ne va pas s’avérer si luxueux.

Y a-t-il une vie après la retraite ? Telle est la question que pose ce film. Sept personnes âgées partent à la recherche d’une seconde naissance pour une nouvelle vie. Le film pourrait se centrer sur la difficulté de vieillir et les conséquences que cela implique mais sans aller plus loin, se noyant dans l’apitoiement. Les personnes âgées en seraient réduites à faire un vulgaire bilan de leur vécu, leurs erreurs et leurs joies, se lamentant de la dépendance qu’on veut leur faire ressentir. Indian Palace va plus loin. Ici les protagonistes veulent se prouver qu’ils ont encore beaucoup à vivre et redécouvrir. Et quand certains refusent de repartir à zéro mais qu’on les contraint à cela, on les découvre adorablement vulnérables. Maggie Smith campe à la perfection Muriel: une femme raciste et aigrie, forcée de partir en Inde pour se faire opérer de la hanche. Alors que, au début, le personnage fait rire par ses propos scandaleux et amusants à la fois, son arrivée en Inde va bouleverser sa pensée (trop) hermétique. On découvre une Muriel affectueuse et blessée. Allant du couple au bord de la crise de nerfs à l’homme en pleine crise de la soixantaine qui a peur de ne plus plaire, en passant par la veuve sans oublier l’enfant de l’Inde à la recherche d’un amour refoulé, John Madden tente de traiter de la vieillesse sous tous ses angles.

Le film aurait été plus plaisant si les histoires de cœur un peu barbantes du directeur de l’hôtel avaient été moins présentes. Avec le personnage de Sonny Kapoor, on évite de justesse les clichés des traditions de l’Inde où le jeune amoureux refuse le mariage arrangé. Le thème a été abordé mille fois au cinéma et cette fois-ci semble de trop. Interprété par Dev Patel, ce qui est encore plus reprochable c’est  sur le jeu de mauvais goût auquel on assiste. Certes, Sonny est un personnage comique mais le caractère burlesque que l’acteur veut faire ressortir devient lassant à force de mimiques exagérées.

Avec Indian Palace en mignonne petite comédie britannique, on se serait bien passé du personnage le plus jeune de l’histoire. Ainsi, on se serait laissé uniquement emporter par des individus du troisième âge. Sortie le 9 mai 2012.

Joyce Maynard nous présente Les filles de l’ouragan
Smells Like Hip Hop, le docu-rap de Canal Street
Melanie Bonvard

One thought on “Indian Palace de John Madden”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture