Cinema

Helen, portrait d’une femme en dépression

Helen, portrait d’une femme en dépression

03 février 2011 | PAR Yaël Hirsch

Sélectionné au festival de Sundance 2099, le film de Sandra Nettelbeck, « Helen » est passé inaperçu en France. sa sortie dvd le 1ier mars 2011 chez e-one/aventi est l’occasion de retrouver Ashley Judd (Heat, Le droit de tuer…) dans le rôle d’une mère de famille malade de dépression.

Helen est aimée de sa fille adolescente, Julie (Alexia Fast), et de son mari, David (l’excellent Goran Visnjic). Professeur de musique à l’université, elle aime enseigner et se ballade avec élégance d’une femme qui a réussi entre l’école et sa très jolie et très grande maison. Mais tout d’un coup, Helen n’a plus de forces : ni pour le jogging, ni pour enseigner, ni surtout pour s’occuper de sa fille. Lorsqu’il la retrouve un soir quasiment inanimée dans le salon, son mari l’emmène aux urgences. Il apprend que 12 ans auparavant, Helen avait déjà sombré dans la dépression. David et Helen décident de se battre pour sauver leur famille. Et Hélène est aidée dans sa douloureuse tâche par l’une de ses étudiantes qui vit la même chose qu’elle : Mathilda (Lauren Lee Smith).

Abordant un sujet grave, « Helen » est un film juste sur plein d’aspects de la maladie et des transformations qu’elle engendre. Surtout, Sandra Nettelbeck évite les excès d’optimisme et les clichés sur le soleil après la pluie, ce qui est une performance importante pour un film labellisé « sundance ». Le scénario est bien construit, les images frappantes. Et pourtant deux heuers durant, l’émotion achoppe sur le très mauvais jeu d’Ashley Judd. Dommage que l’actrice n’ait su donner plus de vraisemblance à un rôle qui pourrait parler à tous. Heureusement, les autres acteurs du film sont impeccables : Lauren Lee Smith parfaitement touchante, et Goran Visnjic très juste dans le rôle du mari qui comprend peu à peu que son amour ne peut pas sauver la femme de sa vie de cette maladie.

 

Pias Nite, à la Flèche d’or, le 4 février
Tailleur pour dames, un Feydeau revisité au Café de la Danse
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Une réflexion sur « Helen, portrait d’une femme en dépression »

Commentaire(s)

  • Françoise

    Une amie qui souffre de dépression (elle est passée par les électrochocs) m’a conseillé ce film.
    Vos commentaires sont justes. C’est un bon film pour faire partager un peu l’expérience de cette maladie. À mon avis, seul l’écrit permet de bien faire comprendre cette souffrance. La commande était donc difficile pour la réalisatrice et elle s’en tire bien.

    octobre 18, 2011 at 1 h 36 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *