Cinema

Frank Borzage, cinéaste du délire et de l’amour fou

04 novembre 2010 | PAR Coline Crance

Les éditions Carlotta sortent cette semaine pour la première fois en Dvd quatre chefs d’œuvres d’un maître du cinéma hollywoodien, Frank Borzage. Le coffret regroupe quatre de ses grands chefs d’œuvres : Lucky Star, L’heure suprême, L’ange de la rue et la femme au corbeau. En supplément : un commentaire audio d’Hervé Dumont, des livrets de photographies et autres bonus … Le coffret est disponible à partir du 3 Novembre 2010

Frank Borzage est le cinéaste de l’amour fou. Il tourne plus d’une centaine de films. Mais au cœur de cette filmographie prolifique, il connut une période radieuse où fut tourné quatre chefs d’œuvres : l’Heure suprême , la femme au corbeau, Lucky Star, L’ange de la rue. Ces films sont à la fois des chefs d’œuvres du cinéma muet mais aussi des symboles de la fin de ce cinéma. Les années 1927 1929 ne sont pas dénuées de chambardements qui vont profondément bouleverser l’œuvre de Franck Borzage. Il signe ses quatre films entre la fin du cinéma muet, 1927 et la crise économique de 1929. Ces films charnières n’en sont pas moins brillants qu’ils terminent la fin d’une époque, et lancent un dernier cri d’amour à la magie du muet. Cette période charnière sera clos par un autre grand maître, Charlie Chaplin qui tourne en 1931 l’un de ses plus grands chefs d’œuvres Les Lumière de la ville.

Frank Borzage est un cinéaste marqué par son temps. Cinéaste du délire , de l’amour fou, il est le roi du mélodrame et traite des thèmes qui sont chers aux surréalistes , celui de l’exaltation de l’amour, l’hymne au couple que rien ni dieu, ni la guerre, ni la misère ne peut séparer… L’heure suprême est un exemple de cette exaltation. La magistrale Janet Gaynor dans ce film si misérabilisme , arrive avec le génie de Borzage à extraire de ce qu’il y a de plus mélo, et de plus kitsch , un extraordinaire parfum de pureté et d’euphorie qui conquit n’importe quel spectateur. Ce film qui est sans doute l’un des plus beaux du coffret avec La femme au corbeau, est en écho direct avec une autre grande œuvre du cinéma mondial , L’Aurore de Murnau. Janet Gaynor en effet partageait sa journée entre Borzage et Murnau ce qu’il lui vaudra, cas unique, l’oscar de la meilleure actrice pour ces deux films.

Le magnifique La femme au corbeau est aussi à découvrir et confirme le talent virtuose de Borzage. L’amour devient délire , elle transcende tous les  milieux, la misère et possède sous l’oeil de Borzage  une grande force symbolique. Dans La femme au corbeau le héros pour montrer à celle qu’il aime la force de sa volonté , va nu sous une nuit d’orage.. Transi, pris de congestion, il s’écroule. Arrive alors une des plus belles scènes de l’histoire du cinéma et d’une grande charge érotique : l’amante se couche nue sur lui pour lui communiquer sa chaleur et le réanimer. Il fait d’elle une femme, elle fait de lui un homme…

C’est à travers ce type de scènes, ce regard virtuose et sensible que Borzage va au-delà du misérabilisme,de cet amour un peu kitsch présent dans ses films pour dévoiler au spectateur selon l’expression de Henri Dumont « un diadème de pureté et d’imagination. »

 

The Walking Dead, des Zombies et des Hommes
Valère Novarina brûle les planches de l’Odéon
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *