Cinema
Footnote, Joseph Cedar entre dans l’univers cruel des honneurs académiques

Footnote, Joseph Cedar entre dans l’univers cruel des honneurs académiques

16 novembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

En compétition officielle à Cannes, « Footnote » (Hearat shulayim), du réalisateur israélien Joseph Cedar à qui l’on doit déjà l’adaptation de « Beaufort » de Ron Leshem (2007) entre de manière théâtrale dans la lutte d’egos douloureuse d’un père et d’un fils, tous deux spécialistes du Talmud. Une comédie authentique, servie avec son arrière-goût d’amertume. Sortie le 30 novembre 2011.

Eliezer Shkolnik (troublant Shlomo Bar Aba) est philologue. Il a passé 30 ans à comparer des versions européennes du Talmud pour prouver que le texte qui circulait sur le continent à la renaissance diffère de la version contemporaine. Coiffé au poteau sur un seule manuscrit découvert par son rival, Yehuda Grossman (Micah Lewesohn), il a été systématiquement écarté de tous les honneurs. Or, son fils, Uriel ( incarné par le formidable Lior Ashkenazi), a choisi le même terrain que son père et y excelle, faisant jusqu’à 6 conférences par jour et remportant prix après prix. Au-delà de la lutte des egos, une querelle scientifique oppose père et fils, le premier s’attelant à prouver scientifiquement la « vérité » sur le texte du talmud, le deuxième s’intéressant plus aux manières de vivre des juifs aux temps talmudiques. Un jour, enfin, après avoir posé sa candidature pendant des décennies, Eliezer reçoit un coup de téléphone de la ministre de l’Education lui annonçant qu’il a remporté le plus grand prix de recherche du pays : le Prix d’Israël, remis chaque année par le Premier ministre lui-même le jour de la fête de l’indépendance. Mais il se pourrait qu’un affreux quiproquo ait eu lieu…

Farce cruelle parfaitement menée et divinement jouée, « Footnote » entre avec subtilité et distance dans les sinuosités amères d’une compétition père/fils absolument terrifiante. Elle dresse également un portrait très juste des petitesses et des coups bas qui ont lieu entre érudits quand il s’agit de s’accaparer des honneurs. Joseph Cedar a donc décidé de prendre au sérieux la réponse donnée par Henry Kissinger à la question de savoir pourquoi la concurrence académique était si vicieuse : « parce que les enjeux sont si petits ». A ces considérations universel  sur ce  » tout petit monde », le réalisateur ajoute des détails extrêmement pertinents sur la vie à Jérusalem, notamment lors des longues scène de passage de la sécurité avant d’entrer dans n’importe quelle institution. Un film dur sous ses dehors comique et encadré avec talent par une structure narrative particulièrement fine.

« Footnote » (Hearat shulayim), de Joseph Cedar, avec Shlomo Bar-Aba, Lior Ashkenazi, Aliza Rosen, Alma Zack, Yuval Scharf, Nevo Kimchi, Micah Lewensohn, Daniel Markovich, Israël, 2011, 1h 45min, sortie le 30 novembre 2011.

Infos pratiques

L’assommant Socle des vertiges de Dieudonné Niangouna
Documentaire : Khodorkovski, enquête sur la chute du magnat du pétrole russe
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *