Cinema

La Fête du court-métrage met les petits plats dans les grands

La Fête du court-métrage met les petits plats dans les grands

16 mars 2018 | PAR Alexis Duval

La deuxième édition de la manifestation offre un éventail de sélections à l’éclectisme savoureux. A découvrir partout en France jusqu’au 20 mars.

« Les courts-métrages portent souvent en eux une originalité, une créativité, une énergie et une inventivité inspirantes. A mes yeux, et pour paraphraser Shakespeare, ils sont un beau geste dans un monde corrompu. » L’auteur de cette citation, l’acteur et cinéaste britannique Kenneth Branagh, a mille fois raison. Loin de n’être qu’une simple ébauche de long-métrage, le court offre aux réalisateurs un espace de liberté immense. C’est pourtant un pan de la production cinématographique trop peu considéré par les circuits de distribution comme par le public. Tout le mérite de cette deuxième édition de la Fête du court-métrage est de mettre le genre à l’honneur et célébrer celles et ceux en ont fait ou vont en faire la gloire.

Soutenu par le Centre national de la cinématographie, l’événement se déploie sur 4000 sites de projection dans 30 villes de France ainsi qu’à l’étranger – l’Institut français compte parmi les partenaires. Au programme : des créations de jeunes réalisateurs et réalisatrices, mais aussi des oeuvres plus anciennes de cinéastes inconnus au moment de la réalisation. Eric Rohmer, Olivier Assayas, Alain Guiraudie : trois noms parmi d’autres de metteurs en scène qui sont arrivés dans la cour des grands par la porte du court. Tous les trois seront célébrés, de même que Matthieu Kassovitz, Jacques Tati ou encore Pierre Salvadori.

Enfants, adolescents, adultes : les sélections de la Fête du court métrage, à l’occasion de laquelle sont présentés quelque 180 films, ont pour ambition de toucher tous les publics, des plus jeunes aux plus avertis. Avec des programmations thématiques bienvenues (« Ciné poème », « En haut de l’affiche », « Tous les garçons et les filles »,« Révisons nos classiques »…), nul doute que la manifestation rencontrera un joli succès et devrait, grâce à son éclectisme et son accessibilité, dissiper les réticences de plus d’un spectateur.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Fête du court-métrage.

Crédit photo : visuel de la manifestation.

Festival EN ACTE(S) au TNP Villeurbanne
Juliette Armanet, tornade rose bonbon de passage sur Angers
Alexis Duval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *