Actu
Festival du Film Francophone d’Angoulême : le palmarès

Festival du Film Francophone d’Angoulême : le palmarès

30 août 2022 | PAR Rachel Rudloff

Pour sa 15e édition, le Festival du Film Francophone d’Angoulême a battu des records : le nombre de festivaliers a augmenté de 40% cette année. Retour sur le palmarès du festival, qui récompensait au total 11 films. 

 

Le jury, présidé par André Dussolier et composé de 7 autres acteur-ices, réalisateur-ices, interprètes ou journalistes. Hier, dimanche 28 août, c’est le premier long-métrage de Léopold Legrand, Le sixième enfant le grand gagnant de cette édition. Adaptation du roman d’Alain Jaspard Pleurer les rivières, il a remporté le Valois du meilleur scénario, Valois de la meilleur musique pour le compositeur Louis Sclavi, deux Valois ex-aequo pour meilleures actrices pour les incroyables Judith Chemla et  Sara Giraudeau et enfin un Valois du public. 

L’autre grand vainqueur du festival est une femme (qui, grande première, comptait 7 réalisatrices sur cinéastes sélectionnés) marocaine, Maryam Touzani, avec un Valois de la mise en scène pour Le Bleu du Caftan. Saleh Bakri a aussi remporté le Valois du meilleur acteur pour le long-métrage, pour son incarnation d’un homme qui embrasse son homosexualité. Le reste du palmarès était tout aussi politique, avec un Valois d’animation pour Les larmes de la seine, sur le massacre de manifestants algériens du 17 octobre 1961 et un Valois de diamant pour Les pires, qui se déroule dans une cité populaire. 

Du côté du jury étudiant, composé de volontaires et présidé par Gwendoline Hamon, c’est Noémie, dit oui,  film de la québécoise Geneviève Albert qui a été récompensé. Un long-métrage moderne, qui pose la question de la prostitution adolescente. Des récompenses politiques et engagés donc, pour un festival moderne qui ne cesse de se renouveler et de faire vivre le cinéma français, comme en témoigne le nombre croissants de spectateurs.  

 

Visuel : affiche officielle du festival. 

28 août à Rock en Seine : un Stromae très attendu
« Azor » les arcanes du système bancaire suisse en Argentine
Rachel Rudloff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture