Cinema

Festival du Film Américain de Deauville : l’Ouverture (31/08/2012)

Festival du Film Américain de Deauville : l’Ouverture (31/08/2012)

01 septembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

C’est sous un soleil radieux mais avec un air assez frais que le 38ème Festival du Film Américain de Deauville s’est ouvert à 19h, ce 31 août 2012.  Glamour et élégante la première séance du festival manquait néanmoins de stars américaines.

A partir de 18h30, le public était massé devant l’hôtel Normandy et la longue allée qui borde le tapis rouge menant à l’immense et agréable CID de Deauville où les films en compétition et les avant-premières sont projetés. Cette année, tenue de soirée exigée : sous la houlette de la divine Sandrine Bonnaire, les jurés rivalisaient d’élégance. Quant au jury jeune talent, il était mené par le dandysme chic de Frédéric Beigbeder. C’est l’excellent premier long-métrage de Jake Schreier, « Robot and Frank » qui marquait l’ouverture. Mais le jeune réalisateur est venu seul, sans Frank Langella et la belle Liv Tyler, présenter son film. En conséquences, la cérémonie manquait un peu de piment hollywoodien.Peut-être est-ce dû à la déprogrammation soudaine du film qui devait faire l’ouverture, « Mud » de Jeff Nichols, un réalisateur qui a obtenu le Grand Prix l’an dernier avec « Take Shelter » et qui, habitué des lieux, y aurait peut-être emmené les acteurs de son film : Reese Witherspoon, Michael Shannon et Matthew McConaughey.

Heureusement, un hommage était rendu à l’acteur Harvey Keitel, toujours sexy en diable avec son casque de cheveux blancs et ses lunettes noires d’intello et qui était venu avec sa femme et son fils. Le festival permet cette année de redécouvrir une sélection de grands films qui ont marqué l’incroyable carrière de Harvey Keitel, dont réservoir dogs, qui passait plus tard au cinéma le Morny à 4h30 du matin, dans le cadre des « Nuits américaines ».

Histoire tendre et tragique d’un vieil homme (l’excellent Frank Langella) qui perd peu à peu la mémoire et à qui sa famille offre un majordome et auxiliaire d’acier, le film a emporté le public. Film de festivals, « Robot and Frank » a également été choisi pour faire l’ouverture du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg.

Désormais, il n’y a plus de projection de deuxième partie de soirée au majestueux CID de Deauville, c’est donc tôt que ce premier soir de festival s’est terminé. Nuit sage de repos donc pour faire face à une journée chargée, samedi 1er septembre.

Le premier festival du Polaroïd débarque à Paris
Les artivistes russes : lorsque créer c’est résister
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *