Cinema
Festival de Cannes – hors compétition : Top Gun Maverick : Tom Cruise shoote la croisette à la testostérone

Festival de Cannes – hors compétition : Top Gun Maverick : Tom Cruise shoote la croisette à la testostérone

19 mai 2022 | PAR Paul Fourier

36 ans après le film de Tony Scott, la star vient à Cannes présenter l’opus Top Gun Maverick. L’acteur a fait une arrivée triomphale et la salle, conquise d’avance, a applaudi à chaque fait d’arme du Capitaine Maverick. L’action et les personnages sont au-delà de la caricature et le film ne vaut que par son rythme haletant.

Ce mercredi 18 mai, il aurait fallu un temps infini à Tom Cruise pour rejoindre son siège dans la Salle Louis Lumière. La scénographie de son arrivée sur le tapis rouge était incontestablement faite pour que le Festival de Cannes puisse se prévaloir de la présence de l’une des stars américaines les plus durables. Souriant, affichant toujours beau à l’approche de la soixantaine, se prêtant longuement à la signature d’autographes puis à la pose devant les photographes surexcités, Cruise, accompagnés des collègues de Top Gun Maverick fait le show en professionnel.
À son arrivée en haut des marches, la patrouille de France fait un passage au dessus du Palais…Grand spectacle.
Puis, enfin, en préambule au film et après un résumé en images (très, trop long) de sa filmographie, Thierry Frémeaux, lui remet une palme d’honneur. Place au film réalisé par Joseph Kosinski. Chaque nom au générique est applaudi par les fans présents. Ambiance chaude bouillante.

Maverick, le vétéran

Trente six ans après donc, l’on retrouve le Capitaine Maverick. Alors qu’il est en train de battre des records de vitesse sur un avion dernière génération, on vient le chercher pour encadrer une équipe de jeunes diplômés de l’école Top Gun. Encadrer donc et non piloter lui même. Premier affront pour l’ex cador multi médaillé. Le « vieux » est moqué non seulement par les blancs-becs mais également par Penny, son ancienne amoureuse. Le vice-Amiral en charge de la mission passe, de surcroît, son temps à le contrecarrer.

Finalement, partant du bon principe que c’est dans les vieux pots qu’on fait…, Maverick va, s’amusant comme un gamin impertinent, enfreindre les sacro-saintes lois militaires, dépasser tout le monde dans l’exploit et regagner sa place de capitaine d’équipe qui va mener une mission d’exception face aux ennemis (sans visage) de la grande Amérique.

Guerre froide, vous avez dit guerre froide ?

De l’ennemi, on ne saura rien jusqu’au moment où l’on survole des paysages enneigés qui pourraient bien se situer… en ex-Union Soviétique. Ces dernières décennies, le barycentre des méchants s’étaient déplacés dans les pays arabes. Il semblerait (Mission Impossible, avec le même Tom Cruise, n’avait néanmoins jamais quitté ce terrain) que le cinéma d’action ait déjà anticipé les données géopolitiques de l’année Guerre en Ukraine.

L’âge des héros

Décidément, après les affres successifs de James Bond dans la série, la mode est au vieux héros qui doivent en faire des tonnes pour prouver que l’andropause ne les a pas transformée en chiffes molles. Dans ce Top Gun sur le retour, la démonstration qui sert finalement de fil directeur au film, a des semelles de plomb tant les épisodes visant à démontrer que Tom Cruise est un phénix éternel sont caricaturaux.

Maverick, père de substitution

Un bonne suite ne peut pas ne pas faire référence à l’élément fondateur lorsqu’en plus, il s’agit d’un film culte réalisé par Tony Scott. Ainsi, on retrouver Val Kilmer en « Iceman » bien abimé. Et, malgré le fait que Tom « Maverick » ait mieux géré l’âge que Val « Iceman », il va se trouver confronté au fantôme de « Goose » (qui s’était tué dans le premier opus). Ainsi, comme s’il ne suffisait pas au héros d’avoir à combattre la mise à la retraite, il va devoir gérer le rejeton de Goose et, finalement, refonder avec lui l’image d’un père de substitution. La virilité des héros de deux générations va leur permettre de se sauver successivement l’un l’autre et finalement, de s’éteindre comme père et fils. Émotion et applaudissements.

Testostérone et adrénaline, match nul

Une chose qu’on ne peut pas nier à Top Gun Maverick, c’est que c’est un film de mecs, de vrais mecs qui montrent leurs muscles, jouent au football américain et aux petits coqs. Cette dimension est tellement prégnante dans le film qu’elle en devient l’un des thèmes majeurs.

La virtuosité de la vitesse, atout du film

La qualité du film réside dans ce qui fait, en 2022, un film d’action américain et Maverick nous l’indique lui-même dans la séquence introductive. L’action va être menée tambour battant pendant 2h10, nous entrainant à bord d’avions de toutes générations. Et ce qui est, pour le coup, très réussi, c’est la façon dont est abolie la frontière entre virtuel et réalité puisque, pendant toute une partie du film, on ne sait plus si l’on est simplement à bord d’une simulateur ou bien calé dans un cockpit. En laissant les aventures désuètes de l’homme Maverick, dans la vraie vie, par terre, Joseph Kosinski donne là sa véritable valeur à son opus, celle de la virtuosité et de l’enivrement de la vitesse.

Avec tous ces ingrédients, le film, par son côté primaire séduira ceux qui viennent voir une œuvre hyper masculinisée et bourrée de cascades à l’intrigue caricaturale. Les autres pourront se limiter à regarder les photos de Cruise, beau à 20 et toujours craquant à 60.

Visuel : affiche

 

Date de sortie : 25 mai 2022 (France)
Réalisateur : Joseph Kosinski
Musique : Harold Faltermeyer; Lady Gaga; Hans Zimmer
Sociétés de production : Paramount Pictures; Skydance Media; Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films; Tencent Pictures
Scénario : Christopher McQuarrie, Ehren Kruger, Peter Craig, Ashley Miller, Zack Stentz, Eric Warren Singer, Justin Marks
D’après l’œuvre originale de : Peter Craig, Jim Cash, Jack Epps, Jr., Justin Marks
Cannes 2022, jour 2 : Tom Cruise est sur la croisette
Aberration, l’enfer blanc d’Emmanuel Eggermont
Paul Fourier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture