Cinema

Le festival Carrefour d’animation au Forum des Images se finit en feu d’artifice- Fireworks

Le festival Carrefour d’animation au Forum des Images se finit en feu d’artifice- Fireworks

18 décembre 2017 | PAR Pierre Descamps

La 15 ème édition Carrefour d’animation au Forum des Images s’achève sur un beau cadavre exquis réalisé par des étudiants en info graphique et par la diffusion du film joyeux et entraînant Fireworks. A voir en salles dès le 2 janvier 2018 ! 

On se sera régalé jusqu’au bout au Forum des images. Après avoir eu le choix entre regarder le bouleversant A silent voice (dont la critique est à venir sur votre site préféré) ou assister à une master class exceptionnelle avec Keiichi Hara, nous voilà désormais à la cérémonie de clôture.

Avec la présence de Bastien Vivès, nous regardons donc le travail des étudiants qui ont travaillé sur un extrait de 10 secondes pour chaque groupe à travers la figure d’un personnage imposé. C’est un superbe montage qui nous a été présenté avec beaucoup d’inventivité et de talent de la part de ces jeunes.

Ça fait du bien de finir le festival sur un film aussi positif et joyeux que Fireworks! Pour tout vous dire, on a eu le droit à d’excellents animés cette année aussi bien loufoques que bouleversants. Mais pour finir la soirée, on préfère stimuler nos affects positifs et retomber dans les belles émotions que procure la joie.

Parce que Fireworks renvoie aux belles années du lycée, celles où on croit en l’amour et où le rêve est omniprésent. Ses années là restent gravés par cette sensation d’ inconscience et de légèreté. Et surtout par le premier amour, par ses première hésitations, par ses premières secousses. A travers celui-ci, on cherche à changer le destin, à apporter du rêve à quelque chose qui semble perdu d’avance car presque trop énorme pour nous. Alors, on piétine, on patine en espérant un regard, un sourire et puis un baiser.

Dans cette quête, il y’a un manque de confiance en soi car la personne en face de soi semble toujours inaccessible. C’est le rite initiatique qui se met en place, on passe de l’enfant à l’homme, de la fille à la femme. Cela demande de prendre ses responsabilités, de dépasser ses propres angoisses.

Et le questionnement constant du destin est sans fin, on espère réparer nos propres failles et changer ses propres erreurs ou tâtonnements.

Le film est épatant par son visuel et le travail impressionnant sur l’image qui a été fait. On a le droit à une explosion de couleurs et une modélisation spécifique de certains décors en 3D qui met en évidence l’importance des lieux et qui met du relief à cet animé.

Lyrique et féerique, on ressort boosté du dernier film de ce beau festival et on recommande à tous les amateurs d’animé d’y jeter un œil l’an prochain!

Crédit image
Affiche film

Agenda culture de la semaine du 18 décembre
Colorful – Tabous et civilisation
Pierre Descamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *