DVD-VOD
Promised land, la leçon manichéenne de Gus Van Sant sort en DVD

Promised land, la leçon manichéenne de Gus Van Sant sort en DVD

04 septembre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Gus Van Sant est à la caméra, et cela sauve du désastre un scénario ( signé Matt Damon)  vide comme une terre sans gaz. Promised land est une fable écolo bas de gamme dont l’issue se devine à la première seconde. Sorti en avril 2013 sur les écrans, le DVD est en vente dès aujourd’hui.

[rating=1]

Steven Butler (Matt Damon) est un jeune cadre dynamique mais éthique représentant la world compagnie Global. Il est associée à Sue l’immense Frances McDormand, pour qui, démolir les terres des pequenots est « just a job, you know Steven ! » . Leur mission : imposer le gaz de schiste dans la petite ville. Mais voilà, le gaz de schiste, c’est mal.

Alors que le film annonce une promesse dans son titre, ici tout n’est que morale, essentiellement professorale dans la bouche de l’intellectuel Frank Yates (Hal Holbrook). Aucune nuance n’est présente. Un faux écolo débarque, bien trop communicant pour être vrai. La première scène au pub plonge dans l’écueil d’une rencontre amoureuse compliquée… Matt le répète « I’m not a bad guy » mais à trop vouloir être lisse tout le devient ici.

Et pourtant, lors de la première partie, il y a la photographie parfaite du réalisateur qui impose le néant de ces terres à conquérir par le forage. Mais la platitude du scénario associée à l’irritabilité des dialogues moralisateurs font vite oublier le talent de Frances McDormand et l’image esthétisante du début.

Matt Damon est un acteur et n’a jamais été scénariste. Oser un ralenti dans l’avant-dernier plan, même un élève de première année de cinéma ne s’y serait pas autorisé. Dommage. Gardons plutôt en mémoire l’incroyable Last Days sur la mort de Kurt Cobain, tellement plus subversif.

Titre original: Promised Land
Editeur: © TF1 Vidéo
Date de sortie : 4 septembre 2013

lille3000 fête les 25 ans de la Galerie Perrotin
Interview de Ryan Coogler, réalisateur de Fruitvale Station, couronné par Sundance
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture