DVDs

La Bataille de Tabatô de Joao Viana sort en Dvd

La Bataille de Tabatô de Joao Viana sort en Dvd

29 novembre 2014 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

tabatoFatu, une jeune guinéenne, va épouser dans son pays Idrissa, le chanteur connu du groupe Supercamarimba. Pour cette occasion, le jeune couple fait revenir au pays le père de la jeune fille, Baio, qui n’est pas venu depuis trente ans; il a été exilé suite à sa participation à la guerre pour l’indépendance de la Guinée du mauvais côté. Mais Baio, à mesure qu’il retrouve les lieux qui ont marqué sa vie, est de plus en plus perturbé, la guerre refait surface dans son esprit et Idrissa va devoir se battre pour y faire entrer la paix.

D’origine angolaise et de parents portugais, Joao Viana a travaillé tout d’abord au son ce qui se ressent dans chacun de ses films où il apporte toujours un soin particulier à la bande sonore puis a été storyboardeur et scénariste avant de passer derrière la caméra à partir de 2004 avec le court-métrage A piscina (La piscine, Festival de Venise en compétition). Ce Dvd regroupe l’ensemble des films réalisés à ce jour par le réalisateur: La Bataille de Tabatô, (son long métrage sélectionné à la Berlinale et qui a reçu une mention spéciale premier film), et ses courts métrages La Piscine, Alfama (2010) et Tabatô (2013), le court métrage qui a été à l’origine de La Bataille de Tabatô. De 2005 à 2007, Joao Viana a également été un des auteurs du Dictionnaire du cinéma Ibéro-Américain.

La_Bataille_de_Tabato_imageJoao Viana est un cinéaste de l’espace, il cadre ses personnages dans ce dernier avec des plans aux compositions virtuoses qui nous font appréhender la solitude des hommes dans l’immensité du décor sauvage de la Guinée, devant les ruines des bâtiments construits pendant la période où le pays a été colonisé. Dans le noir et blanc superbe, le son se détache magique, tour à tour inquiétant et envoûtant, les longues plages contemplatives qu’il nous offre nous font plonger au plus près de la détresse et de la méditation des personnages. Leur incommunicabilité s’exprime dans leurs attitudes, chaque pas dans ce pays où l’on marche beaucoup est un pas de tradition. Ce premier long-métrage est brillantissime d’imagination visuelle, il permet de voir différemment le court métrage Tabatô, assez obscur en première vision. Les deux autres courts métrages nous plongent dans deux univers totalement différents: un train et une piscine avec la même héroïne dans une virtuosité du cadrage et de la composition qui nous amène à penser qu’il faudra continuer à suivre de près ce réalisateur atypique.

Editions Capricci- Un film écrit, réalisé et produit par Joao Viana de 2013 -Guinée-Bissau, Portugal – Noir et blanc – Photographie de Mario Miranda – Musique de Pedro Carneiro  – Avec Fatu Djebaté, Mamadu Baio et Mutar Djebaté – Production: Papaveronoir – durée du film: 1h23 – bonus: 43 minutes – date de sortie DVD: 2 décembre 2014 – 16 euros – visuel (c): Editions Capricci

[Live report] Transe des enfers pour Gesaffelstein au Zénith
[Critique] Astérix le domaine des dieux : fidèle adaptation d’Alexandre Astier, manquant de folie et de mordant
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *