Cinema

Décès de Katerina Golubeva, égérie de Bartas et de Carax

26 août 2011 | PAR Coline Crance

La mort de Katerina Golubeva est passée relativement inaperçue. Sa beauté pourtant est pendant une vingtaine d’années transcendée par le cinéma d’auteur. D’une beauté atypique, étrangement, cette russe blonde, aux yeux  bleu marmoréen, d’une féminité androgyne, fantomatique avait tout d’une véritable icône de cinéma. Bartax et Carax s’en souviennent.

Elle avait commencé sa carrière en Russie au milieu des années 1980, mais on la découvre en France dans les élégies en images de son compagnon d’alors, le lituanien Sharunas Bartas. A travers ces films,  Trois Jours (1991), Corridor (1995), Few of us (1996), elle irradiait par sa beauté mélancolique et sauvage. Le couple Bartas/Golubeva  avait de quoi alimenter le mythe et Leos Carax n’y fut pas aveugle, admirateur de Bartas. Il fit donc appel au couple pour jouer dans le magnifique  Pola X (1999), aux côtés de Guillaume Depardieu.

Mère de trois enfants et compagne de Carax, Katerina Golubeva était une actrice rare. Elle faisait de temps à autres quelques apparitions notamment dans le cinéma français. Claire Denis notamment l’a fit tourner dans J’ai pas sommeil et L’ Intrus. Son dernier rôle marquant fut dans  Twentynine Palms (2003) de Bruno Dumont, où elle incarnait une sorte d’amazone, les nerfs à vifs, engagée auprès de son amant sur les routes américaines, à faire valser une derniere fois au cinéma l’amour et la mort.

La femme au miroir de Éric-Emmanuel Schmitt, ode aux femmes
Gagnez 1×2 places pour Aldo Romano le 4 sept @ La Cité de la Musique
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *