Cinema

Décès de Katerina Golubeva, égérie de Bartas et de Carax

26 août 2011 | PAR Coline Crance

La mort de Katerina Golubeva est passée relativement inaperçue. Sa beauté pourtant est pendant une vingtaine d’années transcendée par le cinéma d’auteur. D’une beauté atypique, étrangement, cette russe blonde, aux yeux  bleu marmoréen, d’une féminité androgyne, fantomatique avait tout d’une véritable icône de cinéma. Bartax et Carax s’en souviennent.

Elle avait commencé sa carrière en Russie au milieu des années 1980, mais on la découvre en France dans les élégies en images de son compagnon d’alors, le lituanien Sharunas Bartas. A travers ces films,  Trois Jours (1991), Corridor (1995), Few of us (1996), elle irradiait par sa beauté mélancolique et sauvage. Le couple Bartas/Golubeva  avait de quoi alimenter le mythe et Leos Carax n’y fut pas aveugle, admirateur de Bartas. Il fit donc appel au couple pour jouer dans le magnifique  Pola X (1999), aux côtés de Guillaume Depardieu.

Mère de trois enfants et compagne de Carax, Katerina Golubeva était une actrice rare. Elle faisait de temps à autres quelques apparitions notamment dans le cinéma français. Claire Denis notamment l’a fit tourner dans J’ai pas sommeil et L’ Intrus. Son dernier rôle marquant fut dans  Twentynine Palms (2003) de Bruno Dumont, où elle incarnait une sorte d’amazone, les nerfs à vifs, engagée auprès de son amant sur les routes américaines, à faire valser une derniere fois au cinéma l’amour et la mort.

La femme au miroir de Éric-Emmanuel Schmitt, ode aux femmes
Gagnez 1×2 places pour Aldo Romano le 4 sept @ La Cité de la Musique
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture