Cinema

De l’eau pour les éléphants : une fresque de bons sentiments

De l’eau pour les éléphants : une fresque de bons sentiments

28 avril 2011 | PAR Geraldine Pioud

Une fresque historique assez larmoyante, servie par un casting bien étudié et une mise en scène simpliste. « De l’eau pour les éléphants » fera pleurer (certainement) les jeunes filles en fleur. Et c’est à priori son seul but!

Synopsis : « 1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. À la suite d’une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l’épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès. Mais leurs sentiments deviennent de plus en plus perceptibles et sous les yeux d’August, cette histoire d’amour les met irrémédiablement en danger. »

Comme pour le Titanic de Cameron, l’amour est raconté en flash back. Un vieil homme se souvient des années trente. À cet époque, son destin était tout tracé : il allait devenir vétérinaire et s’apprêtait à passer la nuit avec l’élue de son coeur. Sauf que le destin en a décidé autrement. La mort accidentelle de ses parents le jour de son examen le laisse sans le sou et sans diplôme, contraint d’errer sur les routes à la recherche d’un travail. C’est dans un cirque que Jacob (Robert Pattinson) exercera son métier de vétérinaire. Bien-sûr il tombe sous le charme de la femme du patron (Reese Witherspoon), une jolie cavalière moins bête qu’il n’y paraît. Cet amour impossible va déchaîner les foudres et mettre le cirque dans une situation compliquée.

L’histoire est attendue (la fin aussi…), sans surprise, mais ils sont drôlement forts ces américains! Forts pour les décors, forts pour un casting qui en jette, forts pour les moments d’émotions intenses et pour le vrai-faux suspense. Une mécanique très bien huilée qui emmène le spectateur exactement où il faut et quand il faut. Aucune surprise donc, de la mièvrerie à plein nez, mais des acteurs qui tiennent bien la barre. On ne peut pas dire que De l’eau pour les éléphants soit un film raté. Ou mauvais. Car il n’est ni l’un ni l’autre. Il est juste une grosse machine hollywoodienne, écrasante, pleine de bons sentiments et surtout maîtrisée avec machiavélisme. Devant une telle histoire (le roman est assez touchant), on aurait aimé plus de fragilité. Plus d’humanité tout simplement.

De l’eau pour les éléphants – Bande-Annonce… par Lyricis

De l’eau pour les éléphants (Water for Elephants), de Francis Lawrence, avec Reese Witherspoon, Robert Pattinson, Christoph Waltz, Paul Schneider
États-Unis, 1h55, Drame historique
Au cinéma le 4 mai 2011

Infos pratiques

Revival: les années 90 au 104
Gagnez 1×2 places pour « J’aimais tant, j’aime les contradictions » d’aprés la vie et l’oeuvre d’Egon Schiele le 7 mai
Geraldine Pioud

One thought on “De l’eau pour les éléphants : une fresque de bons sentiments”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *